Relations parents-profs : les enseignants devraient être formés en communication

De plus en plus de parents cherchent à s’immiscer dans la pratique enseignante : un fardeau pour les professeurs. Comment réagir ? Témoignage d’enseignants et conseils de spécialistes.

Rares sont les enseignants à n’avoir jamais été confrontés à des parents encombrants. Beaucoup se plaignent d’une dégradation des échanges, particulièrement au collège et dans les quartiers aisés. « Plus le niveau social des parents est élevé, plus ces derniers sont intrusifs », constate Luis, professeur de mathématiques dans un collège privé à Paris. « Avant, j’enseignais dans un quartier moins huppé et je n’avais pas ce souci ». A l’école, les comportements déplacés existent aussi. Ostiane Mathon, enseignante à mi-temps en CM1 à Paris, formatrice et auteure d’un guide sur la relation parents-enseignants, le reconnaît : « des parents pots de colle, systématiquement au portail de l’école ou qui m’adressent des messages non-stop sur l’agenda, j’en ai connus et ça peut devenir pesant. En cas de quiproquo, il ne faut pas hésiter à les recevoir en se référant au cadre. Lorsque ce n’est pas justifié, il faut être capable de leur dire qu’on comprend leurs inquiétudes mais qu’il n’y a pas d’urgence. » Fabienne (prénom modifié), professeure des écoles en Ile-de-France, dresse le profil des « casse-pieds » : « ils se croient souvent « supérieurs » à l’enseignant parce ce qu’ils ont un métier à responsabilités qu’ils estiment plus difficile que le nôtre. Ils vérifient les programmes, cherchent à piéger les maîtresses sur des questions précises, préparées en avance, ou sur des points particuliers des programmes… J’ai souvent l’impression qu’ils règlent leurs comptes avec l’éducation nationale. »

Présenter le « plan de vol »

Pour Jean-Louis Auduc, ancien directeur des études à l’IUFM de Créteil, chargé de cours à Paris 10 sur la connaissance du système éducatif, il ne faut pas blâmer les parents : « ils sont angoissés face à l’avenir de leurs enfants et comprennent de moins en moins le système éducatif. » Spécialiste du sujet, il déplore le manque d’informations, à destination des parents, sur le système éducatif français : « il n’y a aucune émission d’information sur l’école à la télévision ! La France est un des rares pays d’Europe où on ne dit rien aux parents. Or le système éducatif s’est plus transformé ces 30 dernières années que pendant les 150 années précédentes. »

Entre autres conseils, Jean-Louis Auduc incite les enseignants à présenter le programme en début d’année : « C’est un peu comme en avion, connaître le plan de vol rassure. J’insiste auprès des enseignants : présentez le plan de vol lors de la première réunion. Les parents seront ainsi rassurés et moins intrusifs. » Jean-Louis Auduc souhaite aussi que le ministère de l’Education réalise des documents de vulgarisation des programmes. Il appelle aussi de ses vœux l’instauration de cours de communication dans la formation des enseignants : « rencontrer une famille se prépare. Il faut se montrer professionnel. Par exemple lorsqu’on annonce une mauvaise nouvelle ou que l’on oriente un élève vers un spécialiste, il ne faut pas hésiter à rédiger un mot de recommandation. » Autre conseil d’Ostiane Mathon : impliquer au maximum les parents d’élèves, « en tant que personnes ressources, lors d’un forum des métiers par exemple ».

Jean-Louis Auduc considère cependant que les tensions parents-profs sont normales : « il faut avoir à l’esprit que pour les parents, leur enfant est la 8e merveille du monde. Tandis que l’enseignant, lui, a d’autres élèves à gérer. » Mais Ostiane Mathon, rappelle que le plus gros problème est moins celui des parents envahissants que celui des parents « invisibles ».

10 commentaires sur "Relations parents-profs : les enseignants devraient être formés en communication"

  1. Boulu  8 décembre 2012 à 7 h 33 min

    Cédille. Tout à fait d’accord avec vous. On peut être pauvre et éduqué ou riche et inculte etc, etc… Je ne dis le contraire. Je rapportais mon  » vécu » et c’est tout. Je n’ai rien ni contre les pauvres ni contre vous.Signaler un abus

    Répondre
  2. Mimi  12 décembre 2012 à 15 h 24 min

    Je crois que le fond du problème est non seulement la communication mais aussi l’acceptation des différences. Dans ce milieu je trouve qu’il y a beaucoup de préjugés, d’idées reçues sur les pauvres et les riches, les étrangers ou les français. Il y a des imbéciles partout et ce quelque soit la race ou la catégorie sociale. Bien des conflits peuvent être désamorcés juste en prenant le temps de discuter, que ce soit avec les parents ou avec les enfants. Et en même temps nous sommes tous humains donc loins d’être irréprochables. Je crois que notre enseignement se construit et se fortifie à travers les enfants. J’en apprends autant d’eux qu’ils en apprennent de nous. Les parents intrusifs nous déplaisent car ils mettent le doigt là où ça ne va pas. Alors certes ils n’y mettent toujours pas la forme, mais ça ne fait de mal à personne de se remettre en question et de remettre en cause notre façon d’enseigner. Il m’est arrivé plusieurs fois de me dire qu’une activité sur laquelle j’avais travaillé était en fin de compte mal présentée.
    Il n’y a pas de mal à ça. C’est comme ça qu’on évolue. Vous savez ce qu’on dit  » il n’y a que les c…. qui ne changent pas. »
    L’implication des parents est importante. Cela ne veut pas dire qu’ils ont tous les droits, mais ils ont tout de même le droit à l’information.
    Je crois que certains enseignants devraient faire preuve d’un peu plus d’humilité et certains parents d’un peu plus de sévérité.Signaler un abus

    Répondre
  3. moi  12 décembre 2012 à 18 h 41 min

    Formés en comm. Et s’ils avaient déjà une formation ? Leur compétence est disciplinaire, elle est de haut niveau, pour le reste c’est la débrouille et l’expérience …Signaler un abus

    Répondre
  4. Empathie  10 février 2016 à 14 h 47 min

    Bonjour , la réponse invariable des professeurs : vous n’êtes pas professeur , taisez-vous !
    C’est incroyable d’entendre ce genre de réflexion . Allez voir sur les blogs de profs : les parents sont tous mauvais sauf si c’est un parent prof , bien sûr!Sur ces blogs , les profs mettent en avant toujours les enfants les plus compliqués à gérer , ils citent toujours le salaire de départ mais jamais celui de fin de carrière. Ils nous expliquent qu’ils savent eux car ils ont été formé mais ils n’ont aucune empathie envers les parents ( il n’y a pas de formation pour être Parent , chacun fait du mieux qu’il peut ! ) Ils ne parlent pas des enfants qui travaillent très bien en classe sans faire d’histoire , ils ne soutiennent pas les mères célibataires pour lesquelle chaque jour de vie est une galère ! Il faut se féliciter que l’enseignement soit obligatoire en France mais nous ne pouvons pas tout excuser !Signaler un abus

    Répondre
  5. Farioux  11 septembre 2018 à 11 h 13 min

    Merci Marco, je me sens moins seule. Constamment agressée par des instits qui font mal leur boulot, j’ai une boule au ventre à chaque fois que je laisse mes enfants à l’école.Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.