Sciences Po Paris : la rémunération de Descoings « a consumé son image et il en est mort » (J.C Casanova)

Selon Jean-Claude Casanova, président de la Fondation nationale des sciences politiques, la mort de l'ancien directeur de Sciences Po Paris, Richard Descoings, serait liée à la publication dans les médias du montant de sa rémunération.

Le président de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP), Jean-Claude Casanova, a estimé jeudi, jour de publication du rapport critique de la Cour des Comptes sur la gestion de l’établissement, que la publication dans les médias de la rémunération de Richard Descoings avait entraîné la mort de l’ancien directeur de l’IEP.

Descoings « a souffert très profondément » de la publication de sa rémunération

« Il y a deux problèmes délicats [dans le rapport de la Cour des comptes], ce sont la rémunération de Richard Descoings et la mission lycées. Tout vient de cette rémunération. Cela a consumé son image, il en a souffert très profondément, et je peux dire qu’il en est mort », a déclaré Casanova devant la commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée nationale. Admettant que « comparé au monde universitaire strict, la rémunération [de Descoings] était quatre à cinq fois au-dessus », le président de la FNSP a toutefois jugé qu’elle avait été, de son point de vue, »décidée régulièrement. Elle n’était pas publique, et sa publicité a créé un problème. Peut-être était-il trop payé ? » a-t-il interrogé, précisant tout de même qu’il dédiera « un bâtiment de Sciences Po à [la] mémoire » de l’ancien directeur, car il ne « crache pas sur les cadavres ».

Revenant également sur la mission lycées, dont le coût avait été fustigé par le rapport de la Cour des Comptes, Jean-Claude Casanova a affirmé avoir « appris son existence par la presse ». « C’était une mission personnelle, a-t-il indiqué. Richard Descoings a souhaité que cette mission ne soit pas financée par le ministère de l’Éducation nationale ».

Les députés désapprobateurs

Les députés de la commission ont vivement réagi, lors de la séance de questions-réponses, aux propos de Jean-Claude Casanova. Pour Yves Durand, député SRC du Nord, le président de la FNSP a « beaucoup parlé de quelqu’un qui est décédé et qui ne peut plus se défendre ». « Je trouve facile de dire que tous les problèmes de Sciences Po viennent de la rémunération et de sa dérive, a-t-il déclaré. Que vous disiez que vous allez suivre les recommandations de la Cour, cela va sans dire, heureusement ! Mais il y avait eu des alertes avant ! a déploré le député. Cela pose le problème de l’évolution nécessaire de Sciences Po, et de celle de ses rapports avec l’État, qui n’est pas systématiquement fautif ».

Sciences Po Paris toujours à la recherche de son directeur

Jean-Claude Casanova s’est également exprimé sur la procédure de nomination du futur directeur de Sciences Po Paris, après le refus du ministère de valider le choix d’Hervé Crès par les instances dirigeantes. Estimant ne pas être « en guerre avec les pouvoirs publics », le président de la FNSP indique qu’il dira « au CA que la ministre a refusé Hervé Crès ». « Donc nous chercherons quelqu’un d’autre », a-t-il indiqué, précisant qu’il regrettait « beaucoup pour Hervé Crès, qui s’est consacré à Sciences Po et qui a accepté une baisse de 20 % de sa rémunération quand il est venu d’HEC « .

Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement supérieur, a souhaité ce matin sur France-Culture « que dans les deux mois on ait une directrice ou un directeur à Sciences Po », soulignant que « c’est aux Conseils de proposer un nom ».

Source(s) :
  • AEF

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.