Rythmes scolaires : Peillon ne veut pas faire une réforme « contre les professeurs ou les collectivités locales »

Vincent Peillon a encensé hier la décision de François Hollande d'étaler la réforme des rythmes scolaires en primaire sur 2 ans, saluant "une véritable avancée".

Le ministre de l’Education nationale Vincent Peillon a salué l’étalement de la réforme des rythmes scolaires sur 2 ans, annoncée hier par François Hollande, « une véritable avancée ».

« La priorité, c’est l’école, a-t-il déclaré à l’AFP. La grande réforme de l’Education nationale a commencé, elle sera mise en oeuvre dès le début 2013 pour les rythmes. Nous aiderons en plus les communes à réussir cette réforme dans l’intérêt des élèves ». François Hollande a en effet promis hier, lors du congrès des maires de France, de débloquer 205 millions d’euros pour « accom­pa­gner les col­lec­ti­vi­tés » qui met­tront en oeuvre la réforme des rythmes sco­laires à l’école pri­maire en 2013. « Cela va inciter beaucoup de monde à s’engager », s’est félicité le ministre.

La décision de Hollande « va associer tout le monde »

Vincent Peillon avait pourtant affirmé il y a quelques jours que la réforme des rythmes scolaires devait être faite en 2013 « dans l’intérêt des élèves. Interrogé ce matin sur France-Info, le ministre de l’Education nationale s’est justifié, indiquant que « vous ne faites pas une réforme de l’école contre les professeurs ou contre les collectivités locales. Il faut qu’il y ait une façon d’avancer qui n’oppose pas les uns aux autres mais qui essaient de les rassembler ».

« On est dans un curieux pays. On va avancer. Et tout le monde a l’air de dire ‘on recule’. On avance très vite. La décision de François Hollande est à la fois courageuse, la droite n’a pas osé le faire. Et sage parce qu’elle associe tout le monde », a estimé Vincent Peillon.

Source(s) :
  • avec AFP

5 commentaires sur "Rythmes scolaires : Peillon ne veut pas faire une réforme « contre les professeurs ou les collectivités locales »"

  1. erwin  21 novembre 2012 à 12 h 46 min

    Très content, pas pour longtemps ! Quand il va voir le nombres de volontaires pour essuyer les plâtres, il va déchanter. D’autant plus que dans les communes rurales en RPI, ce sera un vrai casse-tête. Où les enfants se retrouveront-ils après la classe ? Dans le village où ils sont scolarisés ou dans le village où ils sont domiciliés, ou dans un village du Rpi qui propose une activité qui les intéressent ? Il faudra au moins embaucher 3 personnes rien pour faire un planning, et bien sûr multiplier les factures de transports scolaires, à une époque où on parle d’économies d’argent et d’énergie. Avant de faire des annonces extraordinaires, il n’avait qu’à réfléchir !Signaler un abus

    Répondre
  2. hélène  21 novembre 2012 à 15 h 21 min

    Elle associe certainement beaucoup de monde……mais pas les enseignantsSignaler un abus

    Répondre
  3. dindon farceur 35  22 novembre 2012 à 20 h 33 min

    Pour ne pas faire cette réforme contre les professeurs il faudrait peut être les faire participer à celle ci et les écouter..
    La réforme des rythmes ne changera rien aux difficultés des élèves et au malaise de l’école… par contre ça risque de changer pas mal de choses pour les parents qui vont voir les tarifs du périscolaire augmenter et les impôts locaux flamber !!!
    L’école a besoin de vraies réformes de fond pas de « bricolage » comme s’est félicité notre Ministre !
    http://paroleauxdindons.canalblog.com/Signaler un abus

    Répondre
  4. Pluriel  23 novembre 2012 à 15 h 56 min

    Je reste très inquiet sur l’immobilisme de la FSU qui n’a qu’un credo, maintenir les avantages acquis, comme si le monde n’avait pas changé depuis 1950 ! Ils ont eu la peau de trois ministres : Savary (grand service public), Jospin (horaires des profs) et Fabius (disparition de la FEN). Méfions nous qu’elle n’ait pas la peau de Peillon !Signaler un abus

    Répondre
  5. erwin  26 novembre 2012 à 10 h 59 min

    Quels avantages ? C’est justement avec de tels a priori que les PE sont considérés comme des nantis alors qu’en réalité il n’en est rien : les smicards auront à force le même salaire, 24 heures en classe et autant pour les prép, les corrections et les réunions diverses et variées, sans compter les agressions incessantes. Marre de ce boulot-là, marre de ce boulot dans ces conditions.Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.