Sélectionner une page

Les profs trop près de leur smartphone ?

Consulter l’heure, ses e-mails, envoyer un SMS voire répondre à un appel… Bien que la plupart s’en défendent, de plus en plus d’enseignants utilisent leur smartphone en classe. La pratique reste ponctuelle mais elle crée un sentiment d’amertume chez certains élèves. Témoignages.

Les profs trop près de leur smartphone ?
Enseignant avec son smartphone © goodluz - Fotolia.com

Enseignant avec son smartphone © goodluz - Fotolia.com

« Ma prof d’anglais rédige des textos quand on travaille. Ça m’énerve parce que je me suis déjà fait confisquer mon portable pour la même chose », peste Camille, élève de troisième dans un collège de la région parisienne. « Il arrive fréquemment que certains de mes profs regardent l’heure sur leur téléphone souvent posé sur le bureau », témoigne Mélissa, en première dans un lycée niçois.

Les enseignants plaident pourtant pour un phénomène marginal. « Je n’utilise jamais mon téléphone en cours ! », assure Cécile (les prénoms ont été modifiés), prof de français dans un collège francilien. « Non seulement je ne m’en sens pas le droit, mais je n’en ai pas le temps ! » Pour prouver sa bonne foi, elle cite une anecdote : « Ce matin, en plein cours, alors que les élèves étaient concentrés, j’entends une sonnerie. Je leur ai donc demandé « qui a laissé son téléphone allumé ? », jusqu’à ce que je réalise que c’était le mien ! Je me suis décomposée. Ils étaient hilares et je me suis platement excusée. Je leur ai dit que je ne le tolèrerais pas venant d’eux et que j’étais donc désolée. » Elle ajoute : « Le plus bête c’est que j’éteins toujours mon téléphone. En cas de gros pépin, je suis joignable sur la ligne fixe de l’établissement. Non seulement je trouve inadmissible de téléphoner en classe, mais en plus il est assez agréable d’être « coupé du monde » le temps d’une journée de travail… » Marjolaine, enseignante de mathématiques au collège, est plus catégorique : elle n’utilise jamais son portable en classe : « Entre les cours, je le consulte parfois rapidement pour voir si j’ai reçu un message ou un appel manqué. C’est tout. Je considère que si je veux que mes élèves me respectent, je dois les respecter aussi. C’est une question de civisme. » Violaine, prof de maths dans un lycée rhônalpin, trouverait même « étrange » de consulter son téléphone compte tenu de « la guerre » qu’elle mène contre ses élèves à ce sujet.  « Maintenant, si je dois recevoir un coup de fil très urgent, je préviens la classe avant. »

« Les élèves ne comprennent pas »

Tous les enseignants sont-ils aussi exemplaires ? Florence, professeure des écoles en banlieue parisienne, reconnaît qu’il lui arrive d’envoyer des SMS « discrètement pendant que les élèves sont au travail. Mes élèves sont petits, ils ne se rendent pas tellement compte… Mais je ne prends aucun appel sauf en cas d’urgence pour mes enfants. En primaire, on est assez tranquille en ce qui concerne l’utilisation des téléphones portables, mais pour combien de temps encore ? » Benjamin, CPE dans un collège en Seine-Saint-Denis, confirme que les entorses à la règle existent, mais il évalue à « un sur 30 environ » la proportion d’enseignants qui utilisent son smartphone en cours dans son établissement. Avec une nuance cependant : « ils sont plus nombreux à l’utiliser dans les couloirs. » Enseignants et élèves sont pourtant tenus de respecter le règlement intérieur de leur établissement qui interdit l’usage des téléphones portables. Selon le CPE, « les élèves ne comprennent pas en quoi regarder son téléphone en cours n’est pas concevable au collège, d’autant que le téléphone du professeur n’est jamais très loin ». Un argument supplémentaire pour les partisans de l’installation de brouilleurs GSM dans les salles de classe.

11 commentaires

  1. « le règle­ment inté­rieur de leur établis­se­ment qui inter­dit l’usage des télé­phones por­tables »… renseignez-vous !!! Beaucoup d’établissements scolaires publics (collèges notamment) autorisent désormais les téléphones portables hélas !!! C’est le cas du collège où je travaille, et la recrudescence de problèmes liés aux photos/vidéos, et aux téléphones non éteints à l’entrée en classe ne plaide pas pour cette règle. Quant à l’usage en classe, je l’ai vu faire aussi. Il y a des malotrus partout.Signaler un abus

    Réponse
  2. J’utilise mon smartphone comme un outil professionnel : agenda, veille documentaire, emploi du temps avec numéro de salles, bloc-note et autre post-it, mémoire de stockage… C’est mon bureau numérique, synchronisé dans le cloud. C’est comme si on me reprochait de fouiller dans mon cartable pour sortir mon agenda et noter un rendez-vous.
    Par ailleurs, je suis agacée par le nivellement de mon statut de professeur avec celui des élèves pour l’interdiction d’utiliser le portable dans l’enceinte de l’établissement. Il est normal qu’en tant qu’adultes, ayant des responsabilités non professionnelles, nous puissions contacter qui nous avons besoin dans la journée. Les enseignants seraient-ils la seule profession à devoir laisser leur portable à la maison ? Le règlement intérieur s’applique aux élèves d’abord (à moins qu’on nous reproche aussi de sortir de l’établissement sans autorisation entre deux cours ?) et ils doivent rester à leur place d’élèves. Il est très infantilisant de me voir appliquer des règles définies pour des jeunes de 12 à 18 ans, d’autant que je fréquenterai les établissements scolaires jusquà 60 ans passé !
    .Signaler un abus

    Réponse
  3. Un smartphone n’est justement pas seulement un téléphone, c’est un outil de travail, j’ai mes cours dessus, mon emploi du temps, je m’en sers fréquemment en classe pour donner une date pour un travail, consulter des notes… jamais pour téléphoner bien sur. C’est un débat d’arrière garde. Et ce qui est interdit aux élèves ne l’est pas forcément pour les professeurs, sortons de l’enfant-roi et remettons chacun à sa place 🙂Signaler un abus

    Réponse
  4. Le règlement intérieur de mon école élémentaire stipule certes que l’usage d’objets électroniques est interdit dans l’enceinte de l’école… mais cette règle s’adresse aux élèves, fort heureusement. Je rejoins sophie35 qui trouve infantilisant de se voir appliquer une règle chargée de réguler le comportement des élèves, alors que nous sommes des adultes, et des professionnels de surcroît.

    Pour ma part, mon smartphone est un outil de travail, au même titre que mon ultra portable et l’ordinateur fixe de la classe. Je l’utilise à mon gré, y compris durant la classe : par exemple en tant que chronomètre, que mesureur du niveau de bruit, en tant qu’enregistreur de débat… et si je n’avais pas d’accès internet dans ma classe, nul doute que je l’utiliserais à des fins de recherche internet.

    Il est temps d’admettre que les smartphones sont des outils pédagogiques, et à ce titre utilisables en classe. Y compris par les élèves d’ailleurs : les applications à vocation pédagogique sont légions désormais, et beaucoup sont excellentes. L’usage des tablettes numériques se répand dans les classes, ce dont je me félicite (et je déplore de n’avoir pas de budget pour équiper ma classe).Signaler un abus

    Réponse
    • A usage pédagogique je trouve ça excellent mais à usage privé comme envoyer des messages ou recevoir des appels de ses amis, je trouve ça pathétique venant d’un professeur qui est soi-disant en charge d’une classe. Et croyez-moi il y’en a plein qui donnent une fiche à leurs élèves pour ainsi être tranquilles à leur bureau en envoyant des sms… !! Est-ce que pour éveiller la curiosité des élèves les profs ne pourraient pas avoir des cours un peu plus passionnant que ça ?! Et là je parle d’enfant de 10-11 ans… !!! Donc encore super malléables et influençables… ! Je ne comprends pas l’exemple qu’on leur donne… !!Signaler un abus

      Réponse
  5. Je trouve normal d’utiliser son portable en classe que ce soit les élèves ou les profs car c’est utile.Signaler un abus

    Réponse
  6. Qu’on s’occupe du comportement des élèves, ensuite on verra.Signaler un abus

    Réponse
  7. Concernant une technologie pour laquelle bon nombre de médecins mettent en garde des dangers sanitaires (ondes…) et psychologiques (accès à internet d’un élève = publicités et autres joyeusetés) il est dommage de constater que des enseignants donnent de mauvais exemples surtout en école primaire.
    Le portable est une nouvelle technologie, pas l’école. Beaucoup d’excuses peuvent être trouvées (planning, urgences…) bien entendu mais comment se débrouillaient nos professeurs aux époques sans portable ? Ont-ils mal enseigné ? Ont-ils abandonné leurs vies personnelles pour leur vocation ?…
    L’usage du téléphone portable à des fins privées est interdit dans bon nombre de sociétés françaises, il n’y a pas que le service public (financé par les citoyens pour rappel) qui est concerné.
    Le recyclage existe, nous ne faisons de mal à personne à utiliser nos mains pour écrire, du papier comme support et des livres pour apprendre.

    L’apprentissage des technologies modernes (ordinateur, mobile…) est nécessaire pour le milieu professionnel mais chaque chose en son temps.
    Un élève d’école primaire n’a pas à entendre les conversations privées de son professeur et encore moins d’avoir peur de le déranger pendant la rédaction d’un sms ou la consultation de son écran (pour rappel il s’agit d’enfant pas d’adultes et au risque de surprendre, les enfants, même très jeunes, observent et comprennent bien plus que ce que l’ont semble croire).
    Malheureusement ce comportement existe dans bon nombre de classes et ça se passe en France.Signaler un abus

    Réponse
    • Les « dangers sanitaires des ondes » sont, pour le moment, un mythe sans fondement médical … et surtout une bonne grosse « légende urbaine ».Signaler un abus

      Réponse
  8. D’accord avec Ryser !!!
    Les enfants ne sont pas dupes et les miens me racontent régulièrement la dépendance des profs à leur smartphone …..
    Pourquoi les profs échapperaient à cette addiction généralisée ???
    En temps que directeur d’un centre de production j’ai réglé ce phénomène galopant il y a quelques années en installant des brouilleurs….. très efficaces !!! Et je ne comprends vraiment pas pourquoi ce n’est pas encore fait dans les écoles, dans les prisons et dans les voitures !!!!Signaler un abus

    Réponse
  9. « les miens me racontent régulièrement la dépendance des profs à leur smartphone » : si vous croyez ce que cous disent vos enfants vous êtes vraiment naïve ma pauvre dame ;

    Commencez par interdire à vos petits chéris d’aller en classe avec leur téléphone et le besoin de brouilleur disparaitra de lui même dans l’enceinte des écoles (mais peut-être croyez vous VRAIMENT que les profs sont sur leur portable à longueur d’heure de cours…!?, à l’instar de nos députés LREM en séance à l’assemblée…)

    Mais ça n’arrivera jamais car les premiers à EXIGER que les élèves aient le DROIT (que des droits aucun devoir : écouter, travailler, apprendre, faire ses devoirs, arriver à l’heure, prévenir d’une absence…) d’utiliser leur portable sont les parents d’élèves ; et surtout qu’un méchant prof glandeur toujours malade ou en grève ne s’avise pas de « confisquer » le précieux doudou de chéri chéri sinon on appelle immédiatement le chef d’établissement, le rectorat; l’inspecteur que dis-je le ministre pour régler au plus vite cette situation inadmissible.Signaler un abus

    Réponse

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire – VousNousIls.fr 1 bis rue Jean Wiener – Champs-sur-Marne 77447 Marne-la-Vallée Cedex 2.

E-books gratuits

160 e-books à télécharger gratuitment

Newsletter

Dernière Reportage

Chargement...