« Concentrer l’enseignement sur 144 jours et 36 semaines est un attentat contre notre jeunesse et contre notre avenir »

Vincent Peillon, Les Echos, 03/10/2012