Vincent Peillon en est convaincu : « les enseignants accepteront, sans doute, de travailler une demi-journée supplémentaire sans être payés davantage« . Avec le retour à la semaine de 4 jours et demi, les professeurs devront en effet se lever le mercredi matin pour retourner en classe.

Les heures de service hebdomadaires ne devraient pas changer pour les professeurs des écoles : 27 heures, dont 23 heures de cours et 2 heures d’accompagnement aux devoirs. Mais le mercredi matin travaillé entraînera de nouveaux frais de transport, parfois de garderie…

Mi-octobre, le ministre avait pourtant annoncé « qu’au vu du coût en termes de garde d’enfant et de frais de dépla­ce­ment que repré­sente le mer­credi matin sup­plé­men­taire, des éléments de com­pen­sa­tion finan­cière seront à dis­cu­ter dans les négo­cia­tions » avec les syndicats, selon le SNUipp-FSU. Laurent Escure, secré­taire géné­ral de l’Unsa Education, avait confirmé que le ministre comprenait « cette nécessité ». Mais les temps sont durs, et cette promesse pourrait bien finir aux oubliettes.

Pas de panique ! la revalorisation du salaire des enseignants devrait bien avoir lieu… après « deux ou trois ans de redressement financier », espère le ministre.