« Augustine », ou le rapport ambigu du docteur Charcot avec sa patiente hystérique

Ce mercredi 7 novembre sort "Augustine", un film racontant l’ambivalence des rapports entre le neurologue Jean-Martin Charcot, précurseur de la psychanalyse, et l’une de ses patientes atteinte d’hystérie, la jeune Augustine.

Augustine, le dernier film d’Alice Winocouraugustine, se penche sur la relation particulière entretenue par le professeur Charcot, père de la neurologie moderne, avec la jeune malade hystérique Augustine, son objet d’étude favori.

En 1885, la psychanalyse n’en est qu’à ses prémices ; le neurologue Jean-Martin Charcot, précurseur en la matière, étudie à l’hôpital de la Pitié-Salpétrière les symptômes d’une nouvelle maladie, l’hystérie. Augustine, jeune bonne de 19 ans, sujette à d’impressionnantes crises de folie, devient son sujet d’étude favori. Elle est largement exhibée, sous hypnose, lors des « Leçons du Mardi », conférences publiques lors desquelles Charcot expose ses malades.

Progressivement, la relation entre Charcot et Augustine va gagner en ambiguïté, alors que le médecin refoule son attirance pour sa patiente derrière les principes déontologiques et les interdits sociaux.

Un dossier téléchargeable réalisé par Zerodeconduite.net présente aux enseignants de philosophie de nombreuses pistes pour exploiter le film dans un cadre pédagogique. Il propose notamment des analyses contextuelles du film, des textes complémentaires et des activités à réaliser en classe.

 

Augustine, d’Alice Winocour, avec Vincent Lindon et Soko, sortie le 07/11/2012

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.