« L’histoire à l’école fait débat. Historiens, penseurs de renom et politiques se sont exprimé sur le sujet, mais jamais les principales victimes. Aujourd’hui, simple représentant d’une jeunesse désenchantée, je considère que la bêtise de son enseignement est idéologique ».

Jean-Baptiste Lucq, élève en terminale L, Le Figaro, 31/10/2012.