Demain demainPlus de 40 ans après la démolition du bidonville de la Folie, à Nanterre, Laurent Maffre retrace dans Demain, demain, un très beau roman graphique, le quotidien d’une famille d’immigrés algériens habitant l’un des taudis insalubres qui le constituaient.

Le mirage de l’immigration

Au début des années 60, Soraya, jeune algérienne, débarque à Paris avec ses enfants Ali et Samia pour rejoindre son mari Kader, qui a quitté l’Algérie pour travailler à l’expansion de la France. En pleine époque des 30 Glorieuses, la France, pays où l’on « ramasse l’argent à la pelle », représente l’espoir d’une vie nouvelle pour ces travailleurs immigrés.

Mais Soraya et ses enfants déchantent rapidement lorsqu’ils découvrent la Folie, le plus grand bidonville de Nanterre, où loge Kader. Les logements y sont faits de planches ou de tôles qui suintent et fuient lorsqu’il pleut ; il n’y a pas d’électricité, une boue épaisse recouvre le sol, à tel point que la plupart des habitants recouvrent leurs pieds de plastique ou emportent une paire de souliers propres pour les enfiler à la sortie du bidonville. Le courrier n’arrive que difficilement, car il n’y a qu’une seule adresse administrative pour les 10 000 habitants de la Folie : le 127, rue de la Garenne.

Commence alors pour la famille de Kader un long combat contre l’administration pour être relogée dans l’une des cités HLM qui se construisent à proximité du bidonville, tandis qu’à des milliers de kilomètres de là, l’Algérie gagne son indépendance.

Une BD-reportage historique

Si les personnages de Demain, demain sont fictifs, l’histoire est bien réelle. Elle se base sur le témoignage de Monique Hervo, ancienne membre du Service civil international, qui s’est établie à la Folie pendant une douzaine d’années par solidarité avec les habitants.

Demain, demain constitue donc un véritable document historique et pédagogique, qui met en lumière un pan d’histoire souvent oublié des livres. Elle raconte la difficulté du processus d’intégration des travailleurs immigrés, la lourdeur du parcours administratif aboutissant au relogement, les discriminations à l’encontre les enfants des bidonvilles menées par les enseignants, des problématiques qui, pour certaines, « résonnent encore dans l’actualité », comme l’affirme Laurent Maffre.

Laurent Maffre et Monique Hervo, Demain, demain, Actes Sud BD/Arte Editions, mars 2012.