Le SNUipp-FSU, principal syndicat des enseignants du primaire, a exprimé hier dans un communiqué son « désaccord » avec les propositions de Vincent Peillon pour une nouvelle organisation de la journée de cours.

« Avec à peine une demi-heure d’école en moins par jour, on peine à voir la grande amélioration pour les enfants comme pour les enseignants. Ce scénario ne répond pas aux ambitions fixées. Pour nous, il n’est absolument pas concevable ! » déclare le syndicat.

Il dénonce par ailleurs le « flou » des discussions entamées par le ministre, qui « ne se cantonnent qu’à des considérations budgétaires sur le financement des heures libérées », laissant de côté « l’organisation du temps pédagogique de l’enfant », les « nouveaux rythmes d’apprentissage » ou encore « l’ajustement des contenus des enseignements ».

Fin de la journée de classe à 15h30

« Quelle improvisation ! Quelle déception ! » déplore le SNUipp. Pour le syndicat, les mesures sont « loin du compte » par rapport à la « réforme ambitieuse pour les élèves » promise par Vincent Peillon cet été.

Le SNUipp-FSU demande au ministre « de reprendre les discussions sur des bases qui permettent concrètement un raccourcissement de la journée scolaire. Tous les enfants doivent terminer leur journée de classe aux alentours de 15H30. » Ces discussions doivent aussi aborder « les questions d’organisation pédagogique de la journée scolaire des élèves de maternelle et d’élémentaire ».

« Les élèves et les enseignants attendent des améliorations significatives de leurs conditions de vie et de travail. Il est temps d’y répondre, Monsieur le Ministre », conclut le syndicat.