Le ministre de l’Education nationale Vincent Peillon rencontrera au cours du « premier trimestre 2013 » les associations et les syndicats de directeurs d’école, afin de discuter de leurs conditions de travail.

« La question des directeurs d’école doit être traitée avec beaucoup de sérieux », a déclaré le ministre ce mercredi, devant la commission des affaires culturelles de l’Assemblée nationale, alors qu’une récente enquête du syndicat d’enseignants SE-Unsa met en évidence la « souffrance au travail » des directeurs.

Les directeurs sont notamment accablés par leurs nombreuses tâches administratives. Concernant les postes d’aides administratives, qui selon le SE-Unsa ne seraient plus présents que dans 10 à 20% des écoles, « nous aurons à apporter des réponses en termes directement quantitatifs », a précisé le ministre.

Une certification des directeurs envisagée

Vincent Peillon compte aussi évoquer la question des charges de classe, car les directeurs d’école sont avant tout des enseignants qui bénéficient de peu de temps pour mener à bien leurs autres tâches (une seule journée de décharge par semaine pour une école de 4 à 9 classes, par exemple). « Il faut du temps pour accomplir mieux les missions, sans cesse plus complexes et diverses », a souligné le ministre.

La formation continue et « peut-être une certification ou une reconnaissance qui pourrait justifier un certain nombre d’évolutions indemnitaires » feront également partie des négociations.

Le statut de l’école sera aussi débattu, « puisqu’une école élémentaire n’est pas un établissement public local d’éducation et lorsqu’on entre dans le débat de les rattacher à d’autres établissements (…) nous avons là des oppositions importantes ».