Pour la journaliste Anne Topaloff de Marianne, le film « Tempête sous un crâne », qui sort aujourd’hui (voir notre entretien exclusif avec la réalisatrice Clara Bouffartigue) est « un film qui donne envie d’être prof« .

Elle juge que cet film est un peu l’anti-Entre les murs, car il n’y est « pas question de joutes verbales entre un jeune agrégé et des ados indisciplinés », mais « de la façon dont ces hommes et ces femmes réussissent, malgré les bavardages, à enseigner ».

Anne Topaloff salue le fait que Clara Bouffartigue montre dans son film « des professeurs passionnés et inventifs ».

Cela rejoint pleinement les propos de la réalisatrice : « Je suis bien placée pour savoir que dans ce type de collège [ZEP], lorsqu’il y a un vrai projet d’établissement, bien souvent, les difficultés rencontrées deviennent une force et donnent naissance à beaucoup d’innovations. »