« Je me suis abstenue, quand je suis arrivée dans un collège parisien, de toute déploration pendant une année entière. On ne s’en rend pas forcément compte, mais c’est un effort surhumain pour un enseignant. Se plaindre, ou, plus habile, raconter des trucs abominables avec un air blasé et détaché font partie des délicieux bénéfices secondaires du métier »

Mara Goyet, enseignante d’histoire-géographie et auteure de Collège Brutal, blog Alchimie du Collège, 20/10/2012