« Il me semble que pour réussir il faut avoir une idée claire de ce que l’on veut, c’est-à-dire des convictions et un idéal. Il faut que vos interlocuteurs sentent que vous êtes animé d’abord par l’amour de l’école – j’ose le mot –, l’amour des élèves, des professeurs, de la connaissance et de la transmission, ce qui commande un respect pour chacun mais ce qui autorise aussi une exigence à l’égard de tous. »

Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale, Le Monde, 11/10/2012