« J’ai choisi ce métier, je me suis donné les moyen de réussir un concours pour l’exercer. J’aime les élèves et l’école, mais l’éducation nationale va finir par me lessiver. J’ai le blues de la rentrée. »

Julie Girault-Chazal, enseignante remplaçante de lettres, Le Plus, 13/10/2012