Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale, a affirmé hier, lors d’une rencontre avec les organisations syndicales, que le passage à la semaine de 4,5 jours dans l’enseignement primaire « se fera sans augmentation du temps de travail » des professeurs.

D’après le ministre, la semaine sera organisée autour de 4 journées de 5h de cours et une demi-journée de 3h le mercredi matin. Le temps d’enseignement hebdomadaire sera donc de 23h, auxquelles viendront s’ajouter 2h d’encadrement des devoirs et 2h dédiées à d’autres activités de service comme les rencontres avec les parents ou les réunions pédagogiques.

Le nombre de semaines travaillées dans l’année « restera constant (36), ainsi que le nombre d’heures de service annuel », a également indiqué Vincent Peillon.

 En revanche, la question de la contrepartie accordée aux enseignants pour la demi-journée de travail supplémentaire du mercredi reste en suspens. Si, d’après Laurent Escure, de l’Unsa Education, le ministre « comprend cette nécessité », il faudra « des discussions plus précises » pour en définir les modalités.