« Le professeur n’interroge pas, il n’enseigne pas la pensée critique, il est comme le roi : il dit les choses. Et en face, il n’y a pas un vrai intérêt des étudiants, comme s’ils n’avaient pas envie d’être là, comme si c’était trop ennuyeux, comme s’ils ne voulaient pas apprendre ».

Jake, étudiant américain, à propos des cours à l’université française, Le Nouvel Observateur, 15/10/2012