Sélectionner une page

Des chefs d’établissement submergés par l’administratif

Proviseurs de lycées, principaux de collèges et directeurs d’écoles déplorent des sollicitations administratives incessantes, qui pèsent sur le pilotage pédagogique. Pour de nombreux chefs d’établissement, chaque jour est devenu une course contre la montre. Témoignages.

Des chefs d’établissement submergés par l’administratif
Des réunions qui s’enchaînent, sous une avalanche d’e-mails et de coups de fil… C’est ainsi que les proviseurs, principaux et directeurs d’école décrivent leur emploi du temps. « On court après le temps ! », témoigne Yann Demaye, professeur des écoles et directeur d’une petite école dans l’Aisne. Avec deux classes sous sa responsabilité, il n’a le droit à aucune décharge horaire, hormis deux jours à la rentrée qui lui servent à préparer les élections de parents d’élèves et le bilan comptable. Il doit donc gérer sa classe et le quotidien de l’établissement. « Ce qui est rébarbatif, c’est le nombre d’enquêtes auquel nous devons répondre par e-mail. Résultat : il m’arrive de devoir rester plus tard ou de revenir le mercredi ou le samedi matin. Ce qui passe avant tout, c’est ma classe. Le reste, je le remets à plus tard. L’idéal serait d’avoir une demi-journée de décharge. » Jacques Lanfranchi est quant à lui directeur d’une école de 15 classes et d’une CLIN (Classe d’initiation pour non- francophones) à Pontault-Combault (Seine-et-Marne), soit 380 élèves. Il bénéficie d’une décharge complète : « Quand on a sa classe à gérer et l’école, on se retrouve vite confronté à des choix. Je n’ai plus ce dilemme. » Néanmoins, il dit avoir vu ses conditions d’exercice se dégrader : « la suppression des cours le samedi matin a été dommageable car c’était un moment privilégié de la vie de l’école, qui permettait de rencontrer les parents et d’animer des conseils d’élèves. »

Jacques Lanfranchi déplore, lui aussi, une hausse des tâches administratives : « l’académie nous demande des enquêtes pour la veille », ironise-t-il. Des questionnaires portant, par exemple, sur l’aide personnalisée ou les langues vivantes. Sans parler de la « base élèves » qu’il faut remplir… « Je parviens encore à tout faire mais pas toujours dans les délais. Et j’ai la chance d’exercer dans une école tranquille… Il y a 10 ans, le 25 septembre j’avais terminé les principales tâches administratives liées à la rentrée. Cette année, je ne suis pas sûr d’avoir fini à la Toussaint. »

« On saute du coq à l’âne »

Dans l’enseignement secondaire, l’administratif est également devenu chronophage. « Les pertes d’effectifs dans les rectorats et l’informatisation ont généré le transfert de nouvelles missions dans le désordre », déplore Philippe Tournier, secrétaire général du syndicat des personnels de direction SNPDEN et proviseur du lycée Victor-Duruy à Paris (7e). « Nous faisons l’objet d’un déversement continu de demandes du rectorat et des services… C’est très envahissant. Le drame c’est que les urgences sont noyées au milieu de demandes secondaires. » Selon lui, chaque jour est une « aventure » : « hormis les réunions planifiées, on saute du coq à l’âne sans arrêt. » Avec une hantise : devoir pallier l’absence d’un enseignant. Comment faire dans de telles conditions ? « Un bon proviseur doit être multitâche, reconnu comme le leader de la communauté, qui ne passe pas son temps à satisfaire toutes les demandes. Le plus important reste le pilotage pédagogique. On n’est pas dans le cockpit d’un avion, il y a des tas de fausses urgences qu’il faut savoir traiter comme telles ! »

13 commentaires

  1. Les chefs d’établissement ne parlent jamais des petites mains qui sont dans les bureaux d’à côté. Pourtant nous sommes souvent considérées comme leur propriété, « ma secrétaire », ma chose… Nous donnons beaucoup de notre temps pour décharger nos chefs d’établissement. Pour nous aussi c’est une aventure, or nous n’avons pas les mêmes salaires…
    Messieurs et mesdames les chefs d’établissement, pensez un peu à vos secrétaires !Signaler un abus

    Réponse
  2. Je crois que beaucoup de directeurs d’école veulent faire leur travail de directeur pendant le temps scolaire. Alors, bien sûr, ils n’y arrivent pas. Ils oublient peut-être qu’ils sont payés pour ce travail. Comme si un enseignant voulait préparer sa classe avec ses élèves présents devant lui. C’est impossible. Un bon dirlo doit rester travailler après sa classe. Normal.Signaler un abus

    Réponse
  3. Bonjour, je ne peux que souscrire à ce qui est écrit ici… Depuis 2004, année où j’ai « commencé » en tant que Principal Adjoint, j’ai vu chaque année la tâche de travail augmenter sans toujours comprendre le pourquoi de certaines demandes institutionnelles. Le DNB est l’exemple même de toute l’incohérence qui règne en haut lieu, un doux mélange de plein de choses qui ne vont pas ensemble… En attendant, nous payons l’addition au quotidien, cohésion ? intérêt ? Il me semble que nous passons par ailleurs très souvent à côté de l’essentiel : l’intérêt des gamins et leur réussite à TOUS !Signaler un abus

    Réponse
  4. Le contenu de l’article est intéressant, toutefois j’aimerai rappeler ici que le SNPDEN n’est pas le syndicat des personnels de direction. Il en existe plusieurs, notamment le syndicat Indépendance et Direction (ID-FO) la précision semble nécessaire afin de ne pas transmettre une information erronéeSignaler un abus

    Réponse
  5. Les pauvres! On va les plaindre! Ils peuvent toujours changer de métier (ah! la si recherchée « reconnaissance sociale » et l’accès à la « notabilité » dans la commune!) Sujet tabou en France : les chefs d’établissements qui ne sont PAS à leur place: incompétence, esprit de division,incapacité à conduire une réunion, absence totale de vision et encore moins de politique éducative… J’en connais, pourtant évalué(e)(s) comme « excellent »(e)(s) par leur hiérachie. De qui se moque-t-on?Signaler un abus

    Réponse
  6. Le problème vient de la hiérarchie qui demande aux administratifs… de l’administratif. C’est le moyen que la hiérarchie a trouvé pour justifier sa fonction… hiérarchique ! On tourne en rond et on marche sur la tête. Espérons que la nouvelle loi d’orientation s’attaque à ce fléau qui devient inquiétant car il met à mal ce pour quoi l’école est faite : instruire, éduquer, former (et pas remplir de la paperasse aussi épuisante qu’ inefficace !!!)Signaler un abus

    Réponse
  7. Dans l’enquête syndicale citée, la motivation financière pour la fonction de directeur(trice) d’école n’est jamais citée !! Etonnant, non ?Signaler un abus

    Réponse
  8. Je suis d’accord avec ce qui est dit.
    CPE dans un lycée, je vois très bien comment de nombreuses tâches dévolues auparavant aux Rectorats se sont retrouvées attribuées aux établissements. Il n’y a en effet pas que les chefs d’établissements qui en souffrent mais tous les personnels. Dans mon établissement, tous nous sommes très motivés par nos missions mais complètement débordés, à courir après le temps continuellement et à penser à tout en même temps.
    Dans mon établissement, le CE demande aux secrétaires beaucoup plus que ce qu’elles sont censées faire, à elles revient de faire penser au CE ce qu’il doit faire, pour prendre ensuite en charge une grande partie de son travail ! c’est le monde à l’envers ! et ces personnels sont totalement sous-payés au regard des services rendus. Actuellement, elles sont au bord de la dépression, parfois en larmes, aucunement reconnues.
    Par ailleurs, sans arrêt des réunions organisées pour telle ou telle chose (orientation, mise en place et suivi de la réforme, liaison avec les collèges etc …. ) alors bien sûr, on y discute beaucoup, les idées foisonnent et au retour qui ? comment les met-on en oeuvre ? avec quels moyens ? quel TEMPS ????
    Les élèves dans tout cela ? étrange; dans ma réponse, je n’en ai pas encore parlé !Signaler un abus

    Réponse
  9. L’article est tellement dramatiquement vrai ! Ce ministère est vraiment devenu « du n’importe quoi » depuis quelques décennies ! Les chefs d’établissement et directeurs sont pressés comme des citrons. Ils devraient être partout sur tous les fronts. Ils deviennent otages et victimes d’un système qui perd la tête ! Quant à la réaction de « Boulu »… ça aussi c’est du n’importe quoi !Signaler un abus

    Réponse
  10. Je souhaite répondre à Boulu :
    J’ai comptabilisé mes heures consacrées à la direction d’école et les ai rapproché de leur rémunération : je gagne 10 fois plus à être enseignant qu’à être directeur ! Compte-tenu des responsabilités et de la conscience professionnelle que la fonction demande, je dis que le métier de directeur est presque du bénévolat, ce qui n’est pas normal du tout !Signaler un abus

    Réponse
  11. Je suis Principal d’un collège de 400 élèves et sans adjoint, pour réussir à tout faire, je suis au bureau dès 7h00 le matin et très souvent jusqu’à 18h30 le soir et beaucoup plus tard lors des Réunions Parents Professeurs, CA, et autres… Heureusement que j’ai une secrétaire, pour m’aider dans les différentes dates, car il arrive souvent que l’on nous demande une enquête aujourd’hui pour « hier » et que 2 jours plus tard un autre service demande presque la même chose, il n’y a aucune cohésion entre les services. Quant à Franckie, je viens du privé et ce n’est certainement pas mieux, mais mon choix c’est de voir réussir le maximum d’élèves, et des raisonnements comme celui que vous avez ne construisent rien du tout, c’est dommage ! Notre avenir passe par l’Ecole si nous voulons un Pays qui puisse s’en sortirSignaler un abus

    Réponse
  12. @Boulu :
    Je suis directrice d’école de 8 classes et n’ai qu’une journée de décharge : ce qui est insuffisant ! Je dois faire pas mal de travail administratif à la maison. C’est vrai que nous sommes payés pour assurer la direction, mais cette indemnité est dérisoire par rapport aux demandes de l’administration. Alors attention aux dérives !!Signaler un abus

    Réponse
  13. @Boulu :
    Le direc­teur est certes payé pour cela, mais l’indemnité de direc­tion cor­res­pond à un taux horaire bien en des­sous du SMIC par rapport au nombre d’heures que la fonc­tion demande. Il s’agit donc bien de bénévolat !Signaler un abus

    Réponse

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire – VousNousIls.fr 1 bis rue Jean Wiener – Champs-sur-Marne 77447 Marne-la-Vallée Cedex 2.

E-books gratuits

160 e-books à télécharger gratuitment

Newsletter

Dernière Reportage

Chargement...