« Les petites vio­lences [scolaires] répé­tées ont des consé­quences en termes de décro­chage sco­laire et de santé men­tale, entraî­nant ‘dépres­sion ou perte d’image de soi' ».

Eric Debarbieux, nou­veau délé­gué minis­té­riel chargé de la pré­ven­tion et de la lutte contre les vio­lences scolaires, s’exprimant hier devant la com­mis­sion des affaires cultu­relles et de l’éducation à l’Assemblée nationale.