Rapport sur la refondation : les ambitions de Hollande pour l’éducation

De la nouvelle formation des maîtres au retour à la semaine de 4 jours et demi, François Hollande a détaillé hier ses projets pour l'éducation.

La remise du rapport final de la concertation sur la refondation de l’école a eu lieu hier à la Sorbonne. A cette occasion, le président de la République François Hollande a prononcé un discours dans lequel il détaille ses pistes pour créer « l’école du futur ».

Rétablissement de la formation. La formation des maîtres sera restaurée dès la rentrée 2013, avec le lancement des Ecoles supérieures du professorat et de l’éducation. François Hollande veut « du neuf », et souhaite placer la « professionnalisation » progressive au cœur du nouveau dispositif de formation. Les membres du comité de pilotage de la concertation ont formulé diverses propositions pour enrichir la formation, par exemple sur l’accueil des élèves handicapés ou l’éducation sexuelle.

Effort de recrutement. Le président a réaffirmé sa promesse de créer « près de 10.000 postes » par année dans l’Education nationale. Le concours exceptionnel ouvert aux étudiants de M1, qui sera organisé cette année en juin, permettra le recrutement de 21.350 enseignants contractuels à mi-temps, soit plus de 8.000 postes ETP.

Encourager l’innovation pédagogique. L’autonomie des équipes pédagogiques et les initiatives locales seront « encouragées », le président ne désirant pas une « uniformité » des pratiques. Il veut confier aux enseignants et chefs d’établissements la possibilité de faire preuve « d’innovation », en élaborant de nouveaux instruments pédagogiques. L’école doit par ailleurs relever le défi du numérique, via la formation des enseignants, mais aussi par l’attribution de matériel.

Priorité au primaire. Leitmotiv des discours du président et du ministre de l’Education, la priorité à l’école primaire est réaffirmée, pour gommer les inégalités sociales et lutter contre les problèmes scolaires dès le plus jeune âge. D’abord grâce à une hausse du taux de scolarisation des moins de trois ans, tombé à 12% environ, alors qu’il était de 30% en 2002. Ensuite, par la généralisation du principe de « plus de maîtres que de classes » dans les territoires en difficulté, pour développer le suivi personnalisé des élèves. Enfin, en facilitant la transition CM2-6ème.

Modulation des aides aux établissements. Défendant le principe de « l’aide personnalisée » aux établissements, le président veut dépasser les labels existants de l’éducation prioritaire (ZEP, RAR, Eclair, etc.) pour mettre en place un système où les aides dépendront de la nature du public accueilli, en fonction de critères territoriaux, scolaires et sociaux. Par ailleurs, des enseignants expérimentés pourraient être affectés dans les établissements difficiles « sur la base du volontariat » et contre compensation, pour garantir une « plus grande stabilité » des équipes pédagogiques.

Lutte contre le décrochage. « Trop de jeunes (140.000) sortent du système éducatif sans diplôme ni qualification », des jeunes qui vont « forcément connaître l’échec » sans ce « passeport » pour l’emploi. Le président veut mettre en place une personne référente dans les établissements à fort taux d’absentéisme.
En mettant en place un service public régional de l’orientation, le président souhaite en outre passer d’une orientation « subie » à une orientation « choisie ». Il compte également réhabiliter la filière professionnelle, et abolir l’opposition qui existe entre les formations en alternance et les formations scolaires. François Bonneau, membre du comité de pilotage de la concertation, défend par ailleurs une « seconde professionnelle de détermination » pour les jeunes qui auraient besoin de mûrir leur projet.

Semaine de quatre jours et demi. La réforme des rythmes scolaires est « l’un des leviers de la réussite » pour le président, qui souhaite que le retour à une semaine de 4 jours et demi, et donc l’allègement de la journée, soit engagé « dès la rentrée 2013 ». Les collectivités territoriales seront associées à cette réforme pour éviter de creuser les « inégalités d’accès aux activités éducatives, culturelles et sportives » à la fin des cours.

Fin des devoirs à la maison. Bien que deux tiers des Français soient opposés à la suppression des devoirs maison en primaire, le président veut permettre aux élèves de faire leur travail personnel « sur le temps d’accueil à l’école ».

Enseignement de la morale laïque. François Hollande a donné son « approbation » au projet d’enseigner la morale laïque, car pour lui l’école doit faire « de l’enfant un citoyen (…), lui [apprendre] à vivre en société, à en connaître les règles et notamment la laïcité, à en accepter les contraintes ».

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.