« Fables du paysage flamand » : le titre intrigue et l’on peut s’interroger sur le sens de « Fables ». C’est que chaque paysage ici présenté contient une histoire, une allégorie, il est un monde à lui seul, où hommes, arbres, animaux, rochers parlent le même langage et font sens.

Ainsi, l’homme est paysage, comme dans les extraordinaires Allégories des saisons de Josse de Momper, mais le paysage est anthropomorphe également, et les rochers des paysages de Joachim Patinir, comme dans le « Paysage avec Saint Jérôme » sont hautement signifiants.

L’exposition propose en tout une centaine d’œuvres, réparties en quatre parties : « le chemin de vie », « le monde fantastique », « fables sacrées, fables profanes », « le monde merveilleux ». Elle permet au visiteur d’avoir une représentation large de ce qu’est la peinture flamande  de la Renaissance, développée en particulier autour d’Anvers, de Bruges et de Bruxelles.

Au travers de ces quatre parties, le visiteur pourra découvrir des univers mêlant religion (« Le Portement de Croix » d’Abel Grimmer), fantastique (« L’air », « L’eau », « Le Feu », « La Terre » de Jan Brueghel l’Ancien), mythologie (« Jonas et la baleine », Paul Bril), humour (« Le concert dans l’œuf », Pieter Brueghel le Jeune), effroi (« Triptyque du Jugement dernier » de Jérôme Bosch), enfer (« La Chute de Lucifer » de Herri Met de Bles) et paradis (« Le Paradis » de Jérôme Bosch).

Fantastique et quotidien

Le quotidien est également présent dans les toiles des maîtres : on y voit les paysans travailler aux champs, les travaux de la mine (« Paysage avec travaux de la mine » de Herri Met de Bles ) ou encore les bohémiens (« Paysages avec des Bohémiens » de Cornelius van Dalem et Jan van Wechelen).

Faisant le lien avec l’exposition Babel (qui se termine le 14 janvier), « Les Fables du paysage flamand » comprennent une partie entièrement dédiée à la fameuse Tour : le visiteur pourra ainsi voir le « Paysage avec la Tour de Babel » de Tobias Verhaecht, « La Destruction de la Tour de Babel » de Hans Bol, « La Tour de Babel » de Hendrick III van Cleve.

Cette magnifique exposition est l’occasion de découvrir ou redécouvrir les grands maîtres Bosch, Brueghel, Bles, Bril, Patinir ou les maîtres un peu moins connus tels que Jan Mandijn ou Kerstiaen de Keuninck, et de savourer leur impressionnante modernité.