L’UNL a fait connaître les changements attendus par les lycéens dans le cadre de la concertation sur la refondation de l’école, d’après les résultats d’un questionnaire en ligne intitulé « Donne ton avis pour changer le lycée » auquel plus de 23.000 élèves ont répondu.

Le principal syndicat des lycéens a notamment dénoncé ce vendredi lors d’une conférence de presse « des journées à rallonge ». Victor Colombani, le président de l’UNL, souhaite que soit instaurée « une limitation légale de la journée à six heures de cours, une pause méridienne d’1h30 minimum, ainsi qu’un temps libéré le soir pour faire du lycée un lieu de vie en plus d’un lieu d’études ».

« Le statu quo sur les rythmes scolaires n’est plus possible dans le secondaire. Nous comprenons que l’accent soit mis sur le primaire mais priorité ne veut pas dire exclusivité », a expliqué Victor Colombani.

Les lycéens ont par ailleurs confirmé leur attachement au baccalauréat, tout en soulignant l’injustice d’une épreuve « couperet » qui sanctionne en l’espace d’une semaine 15 ans de scolarité. L’UNL a réclamé la semaine dernière une réforme du baccalauréat, dans un communiqué commun avec la FCPE et l’Unef.

Le Conseil National de l’UNL se réunira ce samedi 6 et dimanche 7 octobre à Paris.

Le rapport sur la refondation de l’école doit être remis aujourd’hui à Vincent Peillon, qui rendra ses premiers arbitrages dans une semaine.