Camille Bedin (UMP) appelle les enseignants à « révolutionner l’Ecole »

Camille Bedin, secrétaire nationale de l’UMP à l’égalité des chances, adresse aujourd'hui une lettre ouverte aux enseignants les invitant à "révolutionner l'Ecole".

A l’occasion de la Journée mondiale des enseignants, la secrétaire nationale de l’UMP à l’égalité des chances Camille Bedin adresse aujourd’hui une lettre ouverte aux personnels de l’Education nationale pour les inviter à « révolutionner l’Ecole ».

Si « les relations entre la ‘Droite’ et le monde enseignant ne sont pas toujours faciles », écrit Camille Bedin, « nous partageons tous, je le crois, un seul objectif : nous voulons le meilleur pour nos enfants ».

Fustigeant « la vaste opération de communication » que représente la « Refondation » de l’Ecole entreprise par Vincent Peillon, la secrétaire nationale craint que « les réformes entreprises ne soient pas à la hauteur des défis qui se posent à l’Ecole ». « Plutôt que de colmater en posant quelques rustines par endroits, je crois que l’Ecole a besoin d’une Révolution », estime-t-elle.

Pour Camille Bedin, le problème ne vient pas des moyens consacrés à l’Education nationale. Elle affirme d’ailleurs « franchement que l’Ecole ne manque pas de moyens ». « Mais [ils sont] mal gérés ! déplore-t-elle. Sinon, comment expliquer qu’il y ait un tel manque d’enseignants devant les élèves ? ». 

Pour « révolutionner l’Ecole », la secrétaire nationale préconise le rétablissement de l’autonomie et de la liberté pédagogiques. Elle suggère notamment que « le Ministère [fixe] des objectifs […] et les [évalue] » mais laisse « les équipes libres des méthodes et moyens matériels et humains pour y parvenir ».

Il faut également « restaurer l’autorité », celle de l’enseignant, qui doit « être inflexible », juge Camille Bedin, proposant de responsabiliser les familles au sein « d’ »écoles des parents ».

Enfin, elle estime que les professeurs devraient « être mieux payés afin que [leur] rémunération soit à la hauteur de [leur] études ». « Mais il faut se confronter à la réalité, rappelle-t-elle : dans les pays qui paient mieux leurs enseignants, les horaires sont plus lourds ou les vacances plus courtes ». C’est pourquoi « il faut prévoir des locaux pour que vous puissiez rester plus longtemps dans l’établissement. S’il le faut, vous pourriez aussi enseigner une à deux heures de plus, comme nombre d’entre vous le faisaient déjà avec le système d’heures supplémentaires », écrit-elle.

« Nous devons poursuivre la construction de l’Ecole de demain, et non renforcer celle d’hier, qui ne fonctionne plus », conclut-elle.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.