Le ministre de l’Education  nationale Vincent Peillon a remis en question le raccourcissement des vacances d’été qu’il avait annoncé le mois dernier.

Dans un entretien publié hier sur le site des Echos, le ministre a insisté sur la nécessité de préserver au mieux les intérêts des différents acteurs impliqués dans l' »équation complexe » de la réforme des rythmes scolaires. « Il faut arriver à [les] convaincre tous du bien-fondé des réformes que nous devons conduire, a affirmé le ministre. Passer en force est toujours contreproductif ».

Et « si la question des vacances d’été doit bloquer toutes les autres avancées, je proposerai au Premier ministre de ne pas y toucher », a indiqué le ministre, rappelant toutefois que « concentrer l’enseignement sur 144 jours et 36 semaines est un attentat contre notre jeunesse et contre notre avenir ».

« Ce n’est pas satisfaisant. Il faut trouver des solutions », a -t-il estimé, évoquant la piste de la semaine de 4,5 jours.

Sur BFMTV, le mois dernier, le ministre avait évoqué un allongement de l’année scolaire à 180 jours, et un zonage des grandes vacances par académie.