Le syndicat d’enseignants SE-Unsa affirme avoir obtenu de la nouvelle DRH de l’Education nationale, Catherine Gaudy, des avancées sur la question des mutations pour rapprochement familial, devenues « un parcours du combattant inacceptable ».

Dans un communiqué, le syndicat explique que dès 2013 « le rapprochement de conjoint sera traité différemment ». Les périodes « de disponibilité et de congé parental » seront notamment prises en compte dans le temps de séparation, et les demandes de rapprochement de conjoints « « enkystées » depuis plus de quatre ans » bénéficieront d’une attention particulière.

Le SE-Unsa dit avoir également insisté sur le droit des enseignants à comprendre « les règles, les raisons d’un résultat » de demande de mutation, « ce que la cellule mobilité n’a jamais pu apporter ». Il demande en conséquence « l’ouverture d’une concertation sur les règles du mouvement ».

Le syndicat réclame par ailleurs « la suppression du vœu géographique du mouvement intra départemental du 1er degré », et la suppression du « mouvement particulier Eclair du 2nd degré », afin que les situations de tous les enseignants du secondaire puissent être défendues dans les mêmes conditions.

Dans une interview accordée à VousNousIls début septembre, Catherine Gaudy avait promis de « répondre aux aspirations des enseignants » par le biais « d’un dialogue clair, transparent et constructif » avec eux. Elle comptait s’attacher « au sort de chaque individu ».