La FCPE, l’UNL et l’Unef demandent une réforme du baccalauréat

Les trois organisations dénoncent un examen purement disciplinaire, qui n'évalue pas toutes les compétences des élèves, et ne reflète donc pas leur niveau réel.

La FCPE, première fédération de parents d’élèves, ainsi que l’UNL et l’Unef, principales organisations représentatives des lycéens et des étudiants, demandent ce mardi dans un communiqué commun une réforme du baccalauréat, « grand oublié de la discussion actuelle » sur la refondation de l’Ecole de la République.

Le bac est selon ces organisations un « examen couperet » qui ne donne pas droit à l’erreur, alors que « sa valeur pédagogique reste à démontrer ». Il ne reflète pas « le niveau réel des élèves, il n’évalue qu’une restitution scolaire de connaissances à un moment donné et ignore totalement » certaines compétences, notamment les compétences sociales et civiques ou l’autonomie et l’initiative, piliers 6 et 7 du socle commun.

Cet examen « purement disciplinaire » encourage ainsi « bachotage » et « révisions de dernières minutes », qui sont vecteurs de stress pour les élèves.

La FCPE, l’UNL et l’Unef appellent donc à donner une part plus grande « aux contrôles en cours de formation, ainsi qu’aux oraux », et proposent que les épreuves écrites évaluent davantage « les capacités des bacheliers à émettre un jugement, un regard critique ».

Elles proposent également d’étaler les épreuves – et leurs sessions de rattrapage – du milieu de la première à la fin de la terminale. Les temps de correction, et donc de cours supprimés, pourraient permettre aux lycéens de peaufiner leur projet d’orientation via des « stages en entreprises » ou la « découverte de l’enseignement supérieur ».

Les organisations signataires soulignent enfin que le taux élevé de réussite au baccalauréat ne lui enlève pas sa valeur, mais qu’il est nécessaire de le refonder « pour lui permettre de mieux refléter le niveau des élèves dans toutes leurs dimensions ».

1 commentaire sur "La FCPE, l’UNL et l’Unef demandent une réforme du baccalauréat"

  1. Manufe  28 septembre 2012 à 19 h 35 min

    Bonjour,
    Je réagis à ce billet en tant que personnel de l’éducation nationale et CPE. Non pas que je sois en opposition avec les parents sur certains points, mais surtout sur le fait que je trouve aisé d’avoir sans cesse de nouvelles exigences vis-à-vis de l’école sans se rendre compte de la charge de plus en plus insupportable qui pèse sur elle.

    La réforme du baccalauréat

    Le baccalauréat, un « examen couperet » qui ne donne aucun droit à l’erreur ?? C’est oublier les consignes de corrections, données après une pré-correction sur un échantillon de copies et qui tiennent compte justement du degré de réussite des candidats : on s’aperçoit que la majorité des candidats a raté un exercice, peut-être mal formulé ou mal compris ? Qu’à cela ne tienne, cet exercice précédemment prévu noté sur 6, sera noté sur 3 et ainsi de suite…
    A la fin de ces corrections, la moyenne est trop basse ? Pas de problème, l’inspection donne ses consignes aux professeurs correcteurs pour qu’ils remontent « un peu » cela.
    Au moment des délibérations du jury, on regardera le livret scolaire et si l’élève a été raisonnablement sérieux, on lui donnera les quelques points qui lui manque pour obtenir le droit à passer le rattrapage du 2ème groupe, ou la note 10 ou une mention. Après cela, on ose dire qu’il n’y a pas droit à l’erreur ? Ce que je vois, c’est que beaucoup d’enseignants se demandent trop souvent à quoi ils peuvent bien encore servir.

    Quant au stress des élèves, réel, il est je crois le reflet de celui de beaucoup de parents aussi, ou celui de ceux qui n’ont pas étudié durant l’année et qui paniquent 15 jours avant les épreuves. (bon là je raccourcis un peu bien sûr)

    Le baccalauréat devrait de préférence accorder de l’importance à la capacité critique des élèves ?? Je pense que cela est nettement insuffisant pour prétendre à des études supérieures ! L’université se lamente déjà sur le niveau trop bas de certains étudiants à leur entrée en fac et sur le manque d’autonomie…
    Quant à l’étalement des épreuves, les oraux, le contrôle en cours de formation… très bien. Seulement, leur organisation est telle et nécessite une telle préparation et l’utilisation de tant d’enseignants qu’il ne faudra pas se plaindre ensuite qu’ils ne sont plus là pour faire cours !Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.