Plusieurs pistes de refonte du jour de carence sur les arrêts maladie des fonctionnaires seraient actuellement étudiées par le gouvernement. Le jour de carence, instauré en début d’année, fait l’objet de vives contestations de la part des syndicats de la Fonction publique qui réclamaient encore la semaine dernière à Marylise Lebranchu, ministre de la Fonction publique, son abrogation pure et simple.

Si celle-ci n’est pas envisagée par le gouvernement, plusieurs pistes de réforme sont néanmoins à l’étude. La première consisterait à déplacer la carence sur le 2e jour d’arrêt et non plus sur le 1er, mais cela induirait une baisse de moitié des économies réalisées. Les arrêts à répétition pourraient également être plus sévèrement sanctionnés.

Le gouvernement envisagerait aussi un dispositif prenant en compte l’ancienneté du salarié dans le calcul des droits.

Enfin, une dernière piste évoquée serait d’améliorer la prise en charge du jour de carence par les mutuelles. Mais ces dernières craindraient un désengagement des employeurs publics qui les obligerait à augmenter les cotisations réclamées aux fonctionnaires.

Le dispositif actuel devrait toutefois rester en place jusqu’à la fin de l’année au plus tôt, car les budgets des ministères élaborés par le gouvernement précédent tenaient compte des économies générées par le jour de carence.