40.000 recrutements de professeurs : Peillon accusé de « confondre quantité et qualité »

Vincent Peillon a promis jeudi le recrutement de 40.000 professeurs en 2013, dont la moitié serviront à remplacer les départs en retraite. Cette annonce a suscité des réactions indignées de l'opposition.

Le ministre de l’Education nationale Vincent Peillon a promis jeudi sur France Culture le recrutement de 40.000 professeurs en 2013.

Sur ces 40.000 postes, 22.000 environ seront des remplacements de professeurs qui partent à la retraite. Les créations effectives seront donc de 18.000 l’an prochain. Soit un peu plus que les 12.000 postes promis chaque année par le président de la République François Hollande, pour un total de 60.000 postes créés dans l’Education nationale sur le quinquennat.

L’importance des chiffres annoncés a toutefois fait bondir les membres de l’opposition.

Vincent Peillon « confond quantité et qualité »

Hervé Morin, président du Nouveau Centre (NC), a dénoncé dans un communiqué cette approche quantitative. « L’annonce de M. Peillon du recrutement de 40.000 postes dans l’Education nationale marque l’abandon, par le gouvernement, de toute réflexion de long terme sur notre système éducatif », affirme l’ancien ministre de la Défense. « Au fond, notre ministre confond quantité et qualité. »

« C’est une folie absolue », a déclaré pour sa part le secrétaire général de l’UMP Jean-François Copé, estimant que « nous n’avons pas le premier euro pour payer ces 40.000 postes ». « Je demande officiellement à François Hollande de siffler la fin de la récréation, tout ceci est totalement irresponsable », a-t-il renchéri. Un point de vue partagé par Camille Bedin, secrétaire nationale de l’UMP à l’égalité des chances, qui demande de cesser « d’engraisser le mammouth et de le brosser dans le sens du poil ».

« Pas de leçon à recevoir de M. Copé »

Harlem Désir, futur patron du parti socialiste, a affirmé que « la gauche [n’avait] aucune leçon à recevoir de M. Copé (…), ministre délégué au Budget de 2004 à 2007 et qui a creusé la dette française de 132 milliards d’euros », et « membre d’une majorité qui a saccagé comme jamais notre école ».

Le précédent gouvernement de droite avait programmé 80.000 suppressions de postes dans l’Education nationale entre 2007 et 2012, selon le principe de non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, dans le cadre de la RGPP.

Le détail des 40.000 créations de postes sera dévoilé dans le projet de loi de finances en 2013, le 28 septembre prochain.

Source(s) :
  • Avec AFP

1 commentaire sur "40.000 recrutements de professeurs : Peillon accusé de « confondre quantité et qualité »"

  1. caroudel  21 septembre 2012 à 16 h 21 min

    Un peu de pudeur serait tout à votre honneur. Mais ce n’est pas le cas. Après avoir supprimé les postes et la formation des maîtres, après un déficit record, un chômage record, une balance commerciale effondrée, vous n’avez pas froid aux yeux. A nous de bien comprendre.Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.