Enseignants : les erreurs à éviter

Nouvelles classes, nouveaux élèves, nouveau programme : un défi pas toujours évident à gérer ! Comment faire pour que l’année soit un "sans faute" ? Tout d’abord, en évitant quelques erreurs...

Tous les profs le disent : les premiers cours sont primordiaux, ils conditionnent le bon déroulement de l’année scolaire. Dès l’entrée en classe, certains détails peuvent faire que le cours se passe mal. Par exemple : ne pas dire bonjour aux élèves, tolérer les bavardages au début du cours, ou encore laisser les élèves s’asseoir comme bon leur semble. Certains enseignants refusent le plan de classe, qui présente pourtant de nombreux avantages, comme l’explique Frédérique Mertens, professeure de français dans un lycée de Seine-et-Marne : « il est indispensable d’avoir un minimum de silence pour faire cours. Pour cela, il faut éviter que les bavards se regroupent. L’erreur classique, c’est de laisser les élèves s’asseoir n’importe où, avec leurs amis. Et quand on sépare des perturbateurs, il ne faut pas revenir sur sa décision lors du prochain cours, même si les fautifs vous disent ‘promis madame, on ne recommencera plus !' ».

Organiser soi-même la disposition des tables est un bon moyen pour éviter le chahut. Indispensable même selon Mathieu (1), professeur d’histoire-géographie dans un collège parisien : « je fais un plan de classe dès la première minute du premier cours. Soit j’alterne fille-garçon, soit je les place par ordre alphabétique. Et si ça ne fonctionne toujours pas, je change ! »

Ne pas conserver son autorité naturelle

Pas toujours facile non plus de s’exprimer face à une classe. Il faut se souvenir que les élèves sont attentifs aux paroles prononcées et que, bien souvent, un mot ou une expression malheureuse peuvent saper l’autorité naturelle du professeur. S’exprimer comme les élèves pour se mettre à leur niveau et capter leur attention, est à proscrire. Les élèves ont leur façon de parler, le professeur la sienne. Surtout, cela peut inciter certains élèves à contester l’enseignant et le contenu de son cours. Ne pas hésiter, dans ce cas, à lui rappeler qu’il reste un élève.

De la même manière, ajoute Frédérique Mertens, crier pour obtenir le calme est un aveu de faiblesse qui peut coûter cher. Plutôt que de réprimander un élève inattentif, mieux vaut lui demander de se concentrer et le convoquer à la fin de la classe. « Même chose », précise-t-elle, « lorsqu’ une expression vulgaire nous vient à l’esprit. Il faut savoir se contrôler quitte à employer des expressions désuètes ou un peu ridicules ».

Si les élèves doivent le respect à leur enseignant, l’inverse est vrai aussi ! Ainsi, il est conseillé d’éviter autant que possible d’appeler un élève par son nom de famille, ce qui peut être perçu comme une agression. De même, un élève peut se vexer si le professeur ne lui demande pas poliment de lire un texte ou de fermer une fenêtre. Autre erreur : dévaloriser l’élève en simplifiant à l’extrême le contenu des cours. Au contraire, faire ponctuellement le lien entre le cours et l’actualité montre à l’élève que l’enseignant cherche à l’intéresser. Distance et proximité sont donc les deux ingrédients d’une année réussie.

Christophe Panon

Note(s) :
  • (1) Le prénom a été modifié

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.