« Chouette ! Philo », un abécédaire pour initier les collégiens à la philosophie

Un drôle d'abécédaire traite 26 notions proches des préoccupations des jeunes - d'Artiste à Zombie - sur le plan philosophique.

Chouette Philo abécédaire d'artiste à zombieOn encourage de plus en plus tôt les enfants à une réflexion métaphysique. Vincent Peillon souhaite aborder dans les futurs cours de morale laïque des questions comme « qu’est-ce qui fait une vie heureuse ? », et la philosophie, déjà enseignée dans certaines maternelles, n’est plus l’apanage des seuls profs de lycée. Il y a donc un besoin croissant de livres à la fois suffisamment sérieux pour être source d’interrogations, et assez originaux pour qu’ils ne tombent pas des mains des plus jeunes.

Dans la lignée de la collection « Chouette ! Penser » de Gallimard, les collégiens pourront compter sur Chouette ! Philo pour les guider dans leurs premiers grands questionnements. Cet abécédaire décalé, « d’artiste à zombie », balaie les préoccupations des jeunes (Moi, Kiffer, Respect, Désobéir, Bonheur…) tout en les rattachant à des enjeux philosophiques. « Kiffer » pose ainsi la question de l’amour et du plaisir, « Président » aborde l’ambition, le charisme et la démocratie, « Travail » renvoie à la contrainte, à la nécessité et au mérite, etc.

L’abécédaire n’est pas un dictionnaire, sa vocation n’est pas de définir mais plutôt de faire réfléchir. En se limitant à un mot par lettre, l’abécédaire laisse le soin à un philosophe contemporain, différent pour chaque notion, d’explorer son sujet en profondeur. Les mots et concepts difficiles (République, monade, oripeaux, tautologie…) sont soulignés et expliqués en bas de chaque page, ce qui évite de couper la lecture par des retours continus à un lexique. Des informations biographiques de base sont également proposées pour les personnages cités, de Lacan à Eschyle en passant par JFK. Ainsi, les philosophes en herbe pourront facilement assouvir leur soif d’apprendre et de comprendre.

Chouette ! Philo, sous la direction de Michaël Fœssel et Myriam Revault d’Allonnes.
264 pages – 25,5 euros. Paru le 22 août. Commander ce livre sur Decitre.fr, Amazon.fr, Fnac.com.

Extrait : le zombie

Pourquoi notre imaginaire contemporain est-il peuplé de zombies ? Parce que c’est une figure de la transgression. Comme toutes les créatures fantastiques, ils nous permettent de mettre en scène quelques-unes de nos angoisses et de jouer avec elles. A une époque obsédée par la lutte contre le vieillissement est la maladie, désireuse d’un monde esthétique est pleinement sécurisé, le zombie met en lumière les failles de notre système social et la fragilité du monde humain. C’est en cela qu’il est aussi un objet philosophique. (…)

Le zombie, c’est le corps sans le sujet, sans la pensée, sans la conscience de soi : tout ce qui fait de nous des êtres véritablement humains. (…) Un corps n’a quasiment pas besoin de nous pour fonctionner. Il est « une machine qui se remue de soi-même », disait Descartes. (…) Qui commande notre corps ? Est-ce la vie en nous qui tend à se conserver ? Ou bien la mort, puisqu’en dépit de tous nos efforts, elle finit toujours par triompher ? Cours toujours, répond le mort vivant, tu n’es qu’un cadavre en marche. Si tu es bien conscient d’avoir un corps, tu oublies pourtant ce que c’est : un tas de viscères sanglants, un ensemble d’os et de tissus qui se dégradent. Mais, dans nos pires cauchemars, ces délicieuses créatures sont là pour nous le rappeler !

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.