Le ministre de l’Education nationale Vincent Peillon souhaite introduire dès la rentrée 2013 des cours de « morale laïque » dans les établissements scolaires, du primaire jusqu’au lycée.

Ces cours doivent permettre d’homogénéiser un enseignement civique disparate (instruction civique au primaire, éducation civique au collège et ECJS au lycée), tout en l’élargissant à des questionnements quasi philosophiques : qu’est-ce qui fait une vie heureuse ? Qu’est-ce que le bien et le mal ?… Ceci en vue d’affranchir les élèves de « tous les déterminismes », religieux, sociaux, familiaux ou autres.

Les professeurs seront formés à enseigner cette discipline dans les futures écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ÉSPÉ), qui devraient elles aussi voir le jour à la rentrée 2013. Mais pour le ministre, le plus sûr moyen d’enseigner les bonnes valeurs morales aux élèves reste de les incarner. Vincent Peillon attend des enseignants une exemplarité totale, et demande notamment qu’ils soient « à l’égard de chaque élève dans une relation de respect » et fassent preuve non pas « d’autoritarisme, mais d’une autorité qui se fonde sur des qualités morales et intellectuelles ».

Beaucoup d’exigences, surtout pour ceux qui enseignent en établissements difficiles ! Combien de temps les professeurs arriveront-ils à donner cette image de professeur idéal avant de craquer ?