Refondation de l’école : la CDIUFM s’exprime sur les écoles du professorat

La conférence des directeurs d'IUFM précise ses attentes concernant les futures écoles supérieures du professorat et de l'éducation dans une contribution à la concertation.

La Conférence des directeurs d’IUFM (CDIUFM) a transmis ce mardi, jour de la rentrée, une contribution à la concertation sur la refondation de l’Ecole de la République.

Cette contribution concerne en particulier les écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ÉSPÉ), qui, selon le ministre de l’Education nationale Vincent Peillon, devraient être opérationnelles à la rentrée 2013 et offrir une véritable formation initiale à tous les enseignants, de la maternelle jusqu’à l’université.

Dans la continuité des 22 mesures qu’elle avait publiées concernant la formation des enseignants en novembre 2011, la CDIUFM rappelle que la formation doit être « universitaire et professionnelle, dans le cadre d’un master », qu’elle est « fortement liée à la recherche en éducation« , et qu’elle doit s’inscrire « dans un continuum du cursus de Licence à la formation tout au long de la vie ». Le master enseignant doit être régi par un cahier des charges précis, reprenant les sept critères élaborés par le Comité de suivi du master : importance de la recherche, alternance privilégiée, orientation progressive des étudiants au fur et à mesure des quatre semestres…

Réviser les premiers cycles universitaires

Pour la CDIUFM, « la création des ÉSPÉ doit manifester clairement et fortement la volonté de confier à l’Université la formation des enseignants dans tous ses aspects ». Il sera nécessaire de créer « une ÉSPÉ par académie« , et de procéder dans le même temps à « la suppression concomitante des IUFM« .

Le succès de cette mise en oeuvre dépend également de la réussite « d’une refondation plus globale de l’école », et d’une « révision importante des premiers cycles universitaires et de leur logique de formation ». La CDIUFM soutient en effet que baser les enseignements sur une division « savoirs académiques/savoirs professionnels, 1er degré/2nd degré » seraient « une erreur profonde« .

Enfin, les directeurs d’IUFM optent pour un concours « en fin de master 2 », qui permet de distinguer clairement « le temps de la formation du temps du recrutement, laissant à chacun des fonctions parfaitement distinctes ».

Source(s) :
  • cdiufm.fr

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.