Vincent Peillon a affirmé, dans une interview accordée à RTL ce matin, qu’il n’y aura pas de renégociation possible du salaire des enseignants dans le cadre de la refondation de l’école.

Selon le ministre de l’Education nationale, « nous savons tous que les ensei­gnants ne sont pas assez rému­né­rés », et « il serait digne de les payer mieux », mais « nous n’avons pas les moyens dans le contexte bud­gé­taire ».

« Lorsque nous les aurons, nous le ferons », a-t-il promis, estimant toutefois que l’argent n’était pas une priorité pour les enseignants. Ils « n’ont abso­lu­ment jamais — et cela avait même sur­pris le pré­sident de la République quand il [les] ren­con­trait avec moi — fait por­ter leur reven­di­ca­tion d’abord là-dessus, a déclaré le ministre. Les gens qui choi­sissent ce métier ne le choi­sissent pas d’abord pour l’argent[…], ce qu’ils veulent, c’est qu’on leur donne les moyens de faire réus­sir les élèves. Ce n’est plus le cas dans ce pays ».

« Il est tout à fait nor­mal que les syn­di­cats repré­sen­ta­tifs fassent valoir des reven­di­ca­tions, ils le font, mais les prio­ri­tés des ensei­gnants aujourd’hui ne sont pas celles-là », a-t-il estimé.