Dans une interview publiée ce lundi par le site EducPros, la ministre de l’Enseignement supérieur Geneviève Fioraso revient sur la situation financière difficile d’une partie des universités et évoque les modalités du redéploiement des moyens entre les établissements.

Déplorant la dégradation de la situation financière des universités françaises (15 d’entre elles pourraient accuser deux déficits consécutifs en 2013), la ministre affirme toutefois qu' »aucune ne sera mise sous tutelle rectorale » car cela n’aurait « pas de sens ». Elle évoque toutefois un accompagnement des établissements dans leurs projets par le ministère, et une aide permanente de la part des recteurs.

Cependant, crise oblige, l’enveloppe budgétaire allouée aux établissements ne devrait pas augmenter. « Certaines universités disent ‘we want our money back’, je leur réponds : ‘I have no money back' », soutient Geneviève Fioraso. Les établissements bénéficieront toutefois d’un accompagnement et d’une « véritable ingénierie » pour les aider à conduire le changement. La ministre cite notamment la généralisation de la comptabilité analytique dans les universités.

Pour « répartir au mieux les moyens entre universités », Geneviève Fioraso évoque des péréquations, qui auront lieu « en dialogue avec les présidents d’université », et donneront toute leur place à des « contrats entre l’Etat et chacune des universités, avec engagement de part et d’autre. »