Il faut qu’il y ait une évolution de la façon dont nous notons, parce que la note doit pou­voir être aussi un encou­ra­ge­ment et pas un décou­ra­ge­ment parce que les élèves de France, à part les petits Japonais, sont les plus mal­heu­reux au monde.

Vincent Peillon ce mardi matin sur i-Télé, en réaction à un sondage du SE-Unsa qui révèle que 39% des enseignants souhaitent l’abandon des notes.