« La rentrée scolaire 2012 aura deux visages » (Snuipp-FSU)

Selon le Snuipp-FSU, qui donnait ce matin sa traditionnelle conférence de presse, la rentrée 2012 sera partagée entre difficultés issues de la politique du précédent gouvernement et espoirs portés par la future loi d'orientation et de programmation pour l'école.

Le Snuipp-FSU, syndicat des enseignants du primaire, a donné ce matin sa traditionnelle conférence de presse de rentrée. Pour le secrétaire général Sébastien Sihr, cette rentrée 2012 sera marquée par les dégâts de la politique du gouvernement sortant, mais sera également porteuse d’une promesse d’amélioration amorcée par la future  loi d’orientation et de programmation pour l’école. Sébastien Sihr est d’ailleurs longuement revenu sur les principaux chantiers de la concertation préparatoire à cette loi, lancée début juillet.

Une rentrée scolaire « pleine d’espoirs » pour le primaire

Pour Sébastien Sihr, « la rentrée scolaire aura deux visages » dans l’enseignement primaire. Il estime que les difficultés héritées de la politique du gouvernement sortant se feront encore sentir sur le terrain, avec 5 300 élèves en plus dans les classes et 4 700 enseignants en moins. Si elle représente une « bouffée d’air » appréciable, l’embauche de 1 000 professeurs des écoles en plus n’a pas permis de pallier toutes les fermetures de classes et les suppressions de postes.

Néanmoins, cette rentrée est également « pleine d’espoirs », a indiqué le secrétaire général, rappelant la priorité donnée au primaire dans le cadre des promesses présidentielles. « La création des 1 000 postes n’était qu’une amorce au changement » a affirmé Sébastien Sihr, qui juge que cet engagement doit se traduire par des actions concrètes, comme l’attribution au primaire d’au moins 30 000 postes sur les 60 000 promis par François Hollande.

La concertation, une « opportunité à ne pas gâcher »

Pour le Snuipp-FSU, la concertation préalable à la loi d’orientation et de programmation pour l’école est évidemment un levier essentiel pour concrétiser les changements promis. Le syndicat souhaite l’ouverture de négociations avec le ministère dès la fin de celle-ci, au mois d’octobre, afin de débattre des principaux chantiers de la rentrée 2013 : entre autres, la création d’écoles dédiées à la formation des enseignants, les emplois d’avenir ou la réforme des rythmes scolaires.

Les rythmes scolaires, un dossier complexe

Parmi les principaux thèmes actuellement débattus dans le cadre de la concertation, le retour à la semaine de 4,5 jours est sans doute l’un des plus polémiques. Sébastien Sihr a détaillé les résultats d’un sondage Harris Interactive pour le Snuipp-FSU, révélant que le sujet était loin de faire consensus. Si 72 % des Français se disent favorable à l’allongement d’une demi-journée de la semaine de travail, seuls 57 % des parents d’élèves de primaire approuvent la mesure. Le choix du jour supplémentaire travaillé fait également débat : si 68 % des Français préfèrent le mercredi, seuls 56 % des parents sont favorables à cette option. Selon Sébastien Sihr, ce sondage est révélateur des inquiétudes des parents d’élèves, qui craignent que les changements induits par la réforme des rythmes scolaires ne bouleversent leur organisation quotidienne. La fin des cours à 15h30 ne récolte ainsi que 47 % d’avis favorables des parents d’élèves.

Enfin, le secrétaire général a évoqué brièvement la réforme de la formation des enseignants, souhaitant que cette année soit « la dernière rentrée aussi calamiteuse pour les enseignants stagiaires, du fait de la masterisation ».

Partagez l'article

Google

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.