velkrO/Flickr

Certaines établissements d’enseignement supérieur américains proposent à leurs étudiants des offres de formation particulièrement originales…

A l’université de Santa Clara, on peut suivre un cours intitulé « La joie des ordures« . Il s’agit en quelque sorte d’un cours de sciences du détritus, où les élèves étudient notamment le processus scientifique de la décomposition, certaines questions liées à la protection de l’environnement ou aux déchets nucléaires. Selon l’université, ce serait « une discipline sérieuse où les étudiants sont tenus de mener des recherches et apprennent à manipuler des données ».

L’université de Caroline du Sud propose depuis 2010 le cours de « Sociologie de la célébrité et de Lady Gaga« . Attention, précise le programme, « ce n’est pas un cours sur Lady Gaga, mais sur la culture de la célébrité illustrée par l’exemple de Lady Gaga. […] Il n’y aura pas de musique ni de vidéos diffusées pendant ce cours. »

L’université de Belmont dispense sans doute le cours au titre le plus original : « Oh, regardez, un poulet ! – Considérer la distraction comme un vecteur de savoir« . Il propose des méthodes d’apprentissage qui tiennent compte des éléments extérieurs pouvant affecter l’attention de l’étudiant, et visant à « développer une conscience de ses sens ».

A l’université de California-Berkeley, c’est le cours de « Philosophie des Simpson » qui interpelle. Selon l’établissement, il s’agit d’un « cours de philo rigoureux », basé sur le livre « Les Simpson et la philosophie : le D’oh d’Homer », édité par le docteur en philosophie William Irwin. Il se penche notamment sur la question suivante : « Le rejet de Nietzsche de la morale traditionnelle peut-il justifier le mauvais comportement de Bart ? »

La même université propose aussi un cours de « Physique pour futurs présidents« . On y étudie notamment les armes nucléaires, les techniques de conservation de l’énergie, ou encore l’imagerie médicale et la physique des satellites espions.

Enfin, l’Université de Californie-Irving dispense un cours de « Sciences des Super-héros« . Il est décrit comme « un vrai cours de physique, dans un contexte très familier aux étudiants ». On peut ainsi apprendre les lois de la physique du vol ou la mécanique des fluides grâce à l’exemple de Superman.

De quoi faire rêver les étudiants français qui doivent se contenter de disciplines aussi classiques que les mathématiques, le français ou les sciences naturelles…