400 millions : Geneviève Fioraso a constaté, à son arrivée à la tête du ministère de l’Enseignement supérieur, qu’un trou de plus de 400 millions d’euros de dépenses non budgétisées avait été laissé par ses prédécesseurs.