« Le prétendu pur lecteur n’est jamais qu’un scripteur potentiel qui s’ignore. »

Jean Ricardou, écrivain, Pratiques, septembre 1990.