Etes-vous plutôt « textique » ?

Le Centre Culturel International de Cerisy-La-Salle propose, du 3 au 13 août prochains, un colloque sur la textique. Textique ? Cela ne vous dit rien ? Il s’agit d’une très récente discipline d'étude littéraire, inaugurée en 1985. Présentation.

Le nouveau Roman Jean Ricardou Seuil

Le Nouveau Roman Jean Ricardou Seuil

Dirigé par Jean Ricardou, écrivain, théoricien du Nouveau Roman (1), le colloque de Cerisy s’intitule « Textique : pour un écrit publiable« .

La textique est une discipline récente, inaugurée en 1985 au Collège International de Philosophie de Paris, visant à établir une théorie unifiante et la plus large possible des structures de l’écrit.

Quelles conditions sont requises pour qu’un écrit soit publiable ? Ce colloque va permettre de faire le point sur la question à l’aide précisément des outils de la textique.

Cette discipline se situe à la jonction entre la narratique, la poétique, la rhétorique et la stylistique.

Pour cerner plus clairement ce qu’elle recoupe, deux ouvrages sont fondamentaux : « Un aperçu de la textique » par Gilles Tronchet, et « Unification fondamentale de l’écrit » par Jean Ricardou .

Dans son texte « Deviens, lecteur, le scripteur que tu es« , Jean Ricardou analyse le processus d’écriture et en déduit que l’écriture est toujours récriture.

Le décryptage de ces mécanismes permet d’appréhender le texte écrit et de comprendre ce que signifie un texte publiable, l’ensemble des notions et modèles connus mobilisés pour arriver à ce résultat.

Les sons, la signification des mots, leur place, les rimes, les passages réussis, les passages défectueux du texte… tout est passé au crible par la textique, par exemple en prenant dans le cadre d’un exercice en atelier un extrait de texte d’un grand écrivain, et en n’hésitant pas à essayer de l’améliorer, de corriger des erreurs. La spécificité de la textique est bien ce travail intense de réappropriation du texte totale, voire excessive, y compris des grandes oeuvres littéraires.

Prendre un extrait de Proust ou des vers de Baudelaire, les récrire, tenter de les améliorer, tout en explorant leur inépuisable richesse : ce travail d’atelier très audacieux permet aux participants de revenir ensuite à la lecture et à l’écriture de façon décomplexée, avec lucidité et surtout plaisir immense.

Note(s) :
  • (1) Le Nouveau roman, essai, Seuil, collection « Ecrivains de toujours », Paris 1973, 190 p., puis version récrite, précédée d’une préface inédite et suivie d’une étude complémentaire, « Les raisons de l’ensemble », collection « Points », Paris 1990, 260 p.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.