« Les Ecuries d’été » de Polytechnique, une préparation intensive aux études supérieures

L'Ecole Polytechnique a accueilli cette année encore une cinquantaine de lycéens de ZEP pour ses "Ecuries d'été", une préparation intensive aux études supérieures.

L’association « Réussir Aujourd’hui » a reconduit pour la cinquième année consécutive ses « Ecuries d’été », qui permettent à une cinquantaine de jeunes issus de ZEP de se préparer aux études supérieures, lors d’un stage intensif à l’Ecole Polytechnique.

Pendant trois semaines, du 3 au 19 juillet, 45 nouveaux bacheliers suivis au lycée par l’association ont ainsi été hébergés et ont étudié en « conditions réelles » sur le site de Polytechnique, à Palaiseau. La formation se divise en quatre sections : sciences, médecine, écoles de commerce et lettres/droit/gestion. Les enseignants sont choisis par l’association Réussir Aujourd’hui : il s’agit de professeurs d’université, de classes préparatoires, d’élèves en 4ème année d’Ecoles Normales Supérieures et de doctorants de l’Ecole Polytechnique.

En ce qui concerne l’emploi du temps, les matinées en semaine sont consacrées aux cours magistraux, l’après-midi aux travaux dirigés (ateliers d’écriture, visites de laboratoires…) et aux interrogations orales (les « colles »), avant de conclure par deux heures de sport. Le samedi matin, place à l’incontournable devoir sur table.

« Un gouffre entre le lycée et le système universitaire »

« Lever le verrou du déterminisme social », tel est l’objectif de cet entraînement intensif, explique Philippe Marano de Réussir Aujourd’hui. Préparés à l’avance au rythme soutenu et aux codes particuliers des formations universitaires qu’ils intègreront dans quelques semaines, ces jeunes issus de milieux défavorisés acquièrent la confiance en soi et les méthodes de travail qui leur permettront de sortir du lot dans des filières très compétitives.

« Il y a un gouffre entre le lycée très encadré et le système universitaire. En médecine, les étudiants doivent s’attendre à avoir beaucoup de travail. C’est une grosse claque qu’on essaie d’amortir », confirme Florent Busi, qui enseigne la biochimie à l’université Paris-Diderot.

Pour tous les élèves participants, précédemment scolarisés en Zone d’éducation prioritaire (ZEP), cette formation de pré-rentrée est une chance. « Cela nous rassure, on sait qu’on part avec des acquis », confie par exemple Célia, 17 ans, venue de Saint-Etienne pour ce programme. Mais pour Jean-Claude Barrois, le président de Réussir Aujourd’hui, cette initiative n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan : « Ce qu’ils font ici, il y a 300 lycées qui en auraient besoin, regrette-t-il. L’action publique est insuf­fi­sante en direc­tion de ces quartiers. »

Source(s) :
  • AFP, reussiraujourdhui.fr

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.