19ème Conférence mondiale sur le sida : les avancées de la recherche redonnent espoir

Alors que s'ouvre à Washington la 19ème Conférence mondiale sur le sida, de nouveaux traitements voient le jour pour enrayer la propagation de l'épidémie, et le nombre de morts dues au VIH diminue.

La 19ème Conférence mondiale sur le sida s’est ouverte hier, dimanche 22 juillet, à Washington. Plus de 20.000 scientifiques, militants associatifs et personnalités culturelles et politiques devraient participer à l’évènement, dont le thème est : « Renverser la tendance de la pandémie pour parvenir à une génération libérée du sida ». Les ministres français de la Santé et de la Recherche devraient être présents. La virologue française et prix Nobel de médecine Françoise Barré-Sinoussi, qui a aidé à identifier le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) à l’institut Pasteur en 1983, fait partie des intervenants.

C’est la première fois depuis 22 ans que les Etats-Unis accueillent cet évènement, le Sénat américain ayant voté dès 1987 un amendement interdisant à toute personne infectée par le VIH d’entrer sur le sol américain. Le texte n’a été abrogé qu’en 2009, par le président Barack Obama. Aujourd’hui, de nombreuses voix s’élèvent pour lever les restrictions de voyage s’appliquant aux séropositifs, l’une des nombreuses discriminations dont ils sont victimes.

« La stigmatisation, la discrimination, les lois répressives, l’inégalité des genres et la violence continuent d’alimenter l’épidémie et ruinent nos meilleurs efforts pour parvenir à zéro victime », souligne le secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon, en introduction d’un récent rapport d’UNAIDS, l’organisme de surveillance de l’épidémie des Nations Unies. Ce rapport rappelle qu’avec les traitements antirétroviraux, le sida n’est plus une sentence de mort, mais une maladie chronique gérable.

Les morts parmi les victimes du VIH sont de moins en moins nombreuses (1,7 millions l’an passé, contre 1,8 millions en 2010 et 2,3 millions en 2005) et les nouvelles infections ont aussi diminué, de près de 20% en dix ans. S’il n’y a pas encore de vaccin contre le VIH, les scientifiques estiment qu’il pourrait voir le jour dans les dix ans, et de nouveaux traitements permettent déjà de limiter la propagation du virus. Selon de récentes études, les personnes rapidement traitées aux antirétroviraux se révèlent moins infectieuses.

Depuis 2005, l’Education nationale a mis en place un partenariat avec Sidaction, pour diffuser dans les lycées et collèges des outils d’information et de prévention. Un mini-site de Curiosphère propose de nombreuses ressources pédagogiques sur le sujet, tandis qu’un Guide d’intervention
pour les collèges et les lycées
à télécharger donne des pistes pour introduire cet enseignement en cours, notamment en SVT.

Source(s) :
  • aids2012.org, AP, Reuters, wired.com, curiosphere.tv, eduscol.education.fr

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.