Près de 5 % des jeunes de 17 ans et plus peuvent être considérés comme illettrés, selon une note d’information de la Depp publiée mardi sur le site du ministère de l’Education nationale. Cette note d’information se base sur les résultats de l’évaluation en lecture menée dans le cadre de la journée Défense et citoyenneté (ex-Journée d’appel et de pré­pa­ra­tion à la Défense).

Selon la note, 80,3 % des jeunes évalués sont des « lecteurs efficaces », 9,4 % sont des « lecteurs médiocres », 5,6 % ont de « très faibles capacités de lecture », et 4,8 % ont des « difficultés sévères » pouvant être considérées comme de l’illettrisme.

L’étude révèle également que les filles obtiennent globalement de meilleurs résultats que les garçons. 12,1 % des candidats masculins sont en grande difficulté contre 8,6 % des candidates. « Les garçons réussissent moins bien les épreuves de compréhension et témoignent plus souvent d’un déficit des mécanismes de base de traitement du langage écrit », note le ministère.

Des contrastes importants entre les régions sont toutefois relevés ; sept régions, dont la Lorraine, le Centre et la Basse-Normandie affichent un taux de jeunes en difficulté compris entre 10 et 12% tandis qu’en Picardie, ce taux atteint 13,3 %.