Aide personnalisée : elle ne reconnecte pas les élèves en difficulté à la classe

Une étude du Centre de recherche en éducation de Nantes (CREN) sur l'aide personnalisée à l'école montre qu'elle s'avère souvent contre-productive. Analyse.

Le CREN (Centre de recherche en éducation de Nantes) a publié en juin une étude intitulée « Efficacité et déterminations des pratiques d’aide personnalisée à l’école primaire : une approche didactique« . Cette étude a été réalisée par Marie Toullec-Théry, enseignant-chercheur à l’université de Nantes, au sein du CREN, et Corinne Marlot, enseignant-chercheur à l’université Blaise-Pascal Clermont-Ferrand II, au sein du laboratoire ACTé (Activité, connaissance, transmission, éducation).

Après avoir rencontré et filmé en situation de nombreux enseignants du primaire lors de séances d’aide personnalisée, elles arrivent au constat suivant, indique l’AEF  : « Quand les enseignants travaillent avec leur groupe classe, toujours hétérogène, ils travaillent avec cette mixité, s’appuient souvent sur des élèves qui ont la réponse pour avancer, faire réagir d’autres élèves, etc ». Or « quand les enseignants se retrouvent avec un groupe restreint d’élèves présentant tous des difficultés, ils sont souvent démunis parce que ces élèves plus fragiles ne sont pas en mesure de fournir les réponses […]. Ils ont alors tendance à guider les élèves vers la bonne réponse, parfois en disant ou en faisant à leur place ».

« Souffler » la bonne réponse

Les enseignants, pour ne pas décourager les élèves, sont en quelque sorte obligés de « souffler » la bonne réponse -l’objectif de ces séances étant de leur redonner confiance en eux. Par là même, les élèves ne sont pas dans une dynamique d’apprentissage efficace.

Ira-t-on jusqu’à mettre comme Libération un zéro pointé à l’aide personnalisée ?

Le quotidien s’appuyait en effet sur l’enquête menée par le Snuipp le 5 juin, auprès des professeurs des écoles. Les résultats sont sans appel : 80% des enseignants interrogés jugent que l’efficacité du dispositif d’aide personnalisée, censé lutter contre l’échec scolaire en primaire, n’est pas satisfaisante, 63% «peu ou pas», 17% «pas du tout».

Des horaires inadaptés

Parmi les problèmes évoqués, les enseignants citent les difficultés horaires : en effet, l’aide personnalisée, dans le cadre de journées déjà très chargées pour les écoliers, ne peut se faire qu' »avant 8h30, à la pause déjeuner ou après 16h30″. Les professeurs se retrouvent donc avec face à eux des « enfants peu ou pas disponibles ni attentifs (endormis le matin, affamés le midi, fatigués le soir) ».

L’aide personnalisée, un échec ?

Pour Marie Toullec-Théry et Corinne Marlot en tout cas, faire travailler les élèves en petits groupes homogènes ne semble pas les faire progresser. Les enseignants sont obligés de donner des exercices de plus en plus simples pour ne pas décourager les élèves et leur redonner confiance en eux, « ce qui fait que l’élève n’est pas reconnecté aux enjeux d’apprentissage de la classe. Au contraire, parfois il s’en éloigne…  » déplorent les deux chercheuses.

Source(s) :
  • AEF, Institut Français de l'Education, Libération, Bulletin Officiel

2 commentaires sur "Aide personnalisée : elle ne reconnecte pas les élèves en difficulté à la classe"

  1. Françoise BALLAY  21 juillet 2012 à 18 h 34 min

    Aider ne s’improvise pas.
    Aider, accompagner, suppose une connaissance de ce qui se joue dans la vie de l’enfant en mal d’être élève, de manière invisible, ou illisible, le plus souvent inconsciente, et au delà de ses manifestations symptomatiques.
    Cela suppose de reconnaître que ce rapport à l’apprentissage et à la connaissance que l’enfant a construit tant bien que mal sur des attitudes défensives et vivantes, où se mêlent et s’emmêlent représentations et conflits de loyauté, ne pourra se réaménager, se transformer que dans un processus, et dans une relation, différente de celle qu’il a établie à ses parents, à son instituteur et à ses pairs.
    Alors que le temps « de la maison » est en souffrance pour quelques uns de ces enfants tristes, agités, « ailleurs », il se trouve que plutôt que de travailler ce lien comme le font les personnels de RASED *, on ajoute davantage de « temps école », sur le temps maison … comme un temps confisqué.
    L’acharnement à mener, en parallèle, la vaste et irrépressible destruction des Réseaux d’Aides -constitués d’enseignants spécialisés, rééducateurs et psychologues, formés et certifiés à cette aide de qualité proposée, à l’école-
    Je ne reviendrai pas sur les déclarations officielles, textes, mesures, comme d’ autant de passages à l’acte mettant en oeuvre ce désastre, le temps réservé à l’aide dite personnalisée servant d’écran de fumée et d’alibi au chantier de démolition.

    * Réseau d’Aides Spécialisées pour les Elèves en DifficultéSignaler un abus

    Répondre
  2. nellouch  7 août 2012 à 11 h 52 min

    J’ai du mal à croire ce que je viens de lire : « les enseignants ont tendance à souffler la réponse à leurs élèves ». On nous prend pour des idiots ou quoi ? Enseignante moi-même, j’ai toujours trouvé par le jeu les moyens d’aider mes élèves, et depuis la mise en place de ce dispositif, j’ai toujours eu l’impression d’avoir enfin la possibilité de tous les amener à la lecture (j’ai des CP). Si la plupart des enseignants n’ont pas trouvé ce dispositif efficace, c’est peut-être aussi qu’ils ne se sont pas suffisamment investis dedans, et qu’il leur a manqué une formation et une réflexion à des pédagogies différentes pour aborder les apprentissages de façon plus ludique. Je ne remets pas en question néanmoins l’utilité des enseignants et psychologues de RASED qui seuls peuvent résoudre des problèmes sérieux de comportements. Mais pour ce qui est d’amener les enfants à apprendre, n’est-ce pas notre métier ? Et n’est-on vraiment pas capable de le faire sans avoir recours à l’intelligence des élèves « qui ont la réponse » ?Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.