Amphi

Jubarrier/Flickr

En Chine, la contrefaçon touche aussi les établissements d’enseignement supérieur. Dans la province du Shandong, des escrocs ont créé une fausse université pour piéger les étudiants ayant échoué à l’examen national d’entrée en fac.

Une fausse école dans une vraie fac

Les recalés ont reçu des lettres d’admission factices de l’Institut de l’industrie légère du Shandong, un « vrai » établissement. 68 étudiants se sont inscrits à la formation et ont suivi des cours pendant quatre ans, contre la somme de 30 000 yuans (environ 4 000 euros). Mais s’ils étudiaient bien dans les locaux d’une université réelle, ils suivaient en réalité une formation dispensée par une fausse école, qui louait les salles de l’établissement et trafiquait ses courriers à en-tête. A l’issue du cursus, les organisateurs se sont évanouis dans la nature et les étudiants n’ont évidemment reçu aucun diplôme.

Il n’est pas étonnant, au vu de l’importance accordée par les Chinois aux études supérieures, qu’une telle arnaque ait fonctionné. Les universités sont saturées de demandes et seuls les meilleurs dossiers sont acceptés. Chaque année, au moment des révisions de l’examen du Gao Kao, qui conditionne l’entrée des étudiants à la fac, la pression est telle que certains établissements proposent à leurs élèves des perfusions d’acides aminés afin d’accroître leurs performances et de réduire leur stress.

Des diplômes factices en Italie

Cependant, la Chine n’est pas le premier pays à se lancer dans l’arnaque à l’enseignement. Une fausse université avait déjà été découverte l’année dernière à Vérone, en Italie. Elle proposait depuis 2005 une formation donnant accès à un diplôme factice, n’ayant aucune valeur juridique, et ce pour environ 7 000 euros.