31 universités françaises fixent des frais d’inscription supérieurs aux tarifs imposés par la loi, dénonce un rapport de l’Unef présenté ce mardi. Le syndicat étudiant note toutefois une amélioration de la situation puisqu’en 2011, 40 universités pratiquaient des tarifs illégaux.

Selon Emmanuel Zemmour, président de l’Unef, les montants fixés par la loi pour les droits d’inscription sont de « 180 euros pour une licence et 250 euros pour un mas­ter […], tout frais sup­plé­men­taire est illé­gal, mis à part la méde­cine uni­ver­si­taire ».

Le rapport épingle plus particulièrement 7 universités et écoles réclamant des frais supérieurs ou égaux à 400 euros. L’université Grenoble-2, déjà pointée du doigt l’année dernière, arrive en tête du palmarès avec des droits d’inscription pouvant s’élever à 800 euros.

Les universités imposent « des frais supplémentaires à titre de dossier, des frais pour la bibliothèque universitaire, des frais pour l’informatique, ou alors pour des choses beaucoup plus farfelues,[comme] un ‘passeport pédagogique' » a déploré Emmanuel Zemmour sur Europe 1.

Certains établissements contournent également la loi en créant des cursus spécifiques dont les frais d’inscription échappent à la réglementation encadrant les diplômes nationaux. A Aix-Marseille, par exemple, on trouve une formation d’équivalent master dont les droits d’inscription s’élèvent à 9 000 euros.