Syndicat des inspecteurs d’académie : des propositions novatrices

Reçu fin juin au ministère de l'Education nationale, le Syndicat des inspecteurs d'académie a fait des propositions innovantes. L'une d'entre elles est particulièrement originale.

Le Syndicat des inspecteurs d’académie (SIA) a été reçu le 27 juin par le cabinet du ministre de l’Education Vincent Peillon. Les éléments de cet entretien viennent d’être mis en ligne sur le site du syndicat.

Le syndicat dit d’abord en préambule sa satisfaction d’avoir été reçu par le ministère, ce qui n’avait plus été le cas depuis 2008.

La revendication la plus importante pour le SIA est la suivante : « dorénavant le pédagogique doit primer sur l’intendance » .

Le SIA affirme ainsi sa volonté de voir abroger le décret de Luc Chatel, qui renforçait considérablement le rôle du recteur, devenu véritable « manager » de l’académie au détriment de la prise en compte de la pédagogie.

On pouvait ainsi lire sur le site de l’AEF, le 4 janvier, la déclaration de Luc Chatel, alors ministre de l’Education, faite en conférence de presse la veille de la publication du décret : « J’ai voulu créer une véritable équipe académique. Le recteur doit être le pilote de la politique déconcentrée de l’Education nationale. Le pilote sur tous les sujets. Et un pilote entouré d’une véritable équipe, avec des adjoints. » En l’occurrence, les IA deviennent les « adjoints du recteur ».  

Un décret à abroger impérativement

Pour le SIA, ce décret doit donc rapidement être abrogé. « La nouvelle gouvernance – issue en droite ligne du système de gestion le plus archaïque des entreprises – est un mauvais coup contre l’organisation d’un système éducatif qui doit être centré sur la pédagogie », affirme-t-il.

Pour le projet du ministère de créer des écoles afin de former les enseignants, le syndicat y est tout à fait favorable, et propose que « la direction de ces écoles soit confiée à un IA IPR ». La titularisation des enseignants, « prononcée par un jury où siègent des professeurs » doit par ailleurs être « consécutive à une inspection par un IA ».

Enfin, concernant l’évaluation des enseignants, le décret controversé ayant été abrogé, le SIA fait une proposition originale : elle consisterait « à faire rédiger en partie le rapport d’inspection par l’enseignant lui-même qui serait chargé de reprendre les analyses et conseils donnés par l’inspecteur ». Le SIA met en avant trois avantages à une telle procédure : « le premier – pédagogique – qui permet de vérifier la bonne compréhension des contenus de la discussion qui suit la visite en classe, – le deuxième – contractuel – qui permet l’engagement écrit de l’enseignant sur des axes de progrès dont la mise en œuvre pourrait être suivie par des conseillers pédagogiques, – le troisième – fonctionnel – qui permet d’épargner un temps très important de rédaction du rapport et d’augmenter ainsi nos possibilités d’inspection ».

Une idée à suivre ?

Source(s) :
  • Syndicat des inspecteurs d'académie, AEF, www.education.gouv.fr, VousNousIls, www.legifrance.gouv.fr

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.