« Nous sommes le premier juillet, et nous sommes plusieurs à faire la plaisanterie rituelle : ‘Ah, on va enfin pouvoir travailler' », plaisante Marie-Anne Paveau, professeure en sciences du langage à l’université Paris 13, sur son blog. En effet, beaucoup d’enseignants du supérieur profitent de leurs congés d’été pour mener un travail de recherche. « La période dite ‘des vacances’ est le seul moment où un chercheur peut s’engager dans une recherche en continu et passer plusieurs jours de suite dans une bibliothèque ou dans des fonds ou des archives, en France ou à lʼétranger. Cʼest la seule période où il peut regrouper ses relevés, les mettre en ordre et commencer à rédiger ses travaux à publier sans être interrompu », explique Claude, professeur d’italien à l’université.

Chez les profs du secondaire également, une bonne partie des vacances est consacrée au travail scolaire. « Les vraies vacances commencent autour du 14 juillet. Car les enseignants du secondaire sont supposés être de réserve, c’est-à-dire prêts à remplacer pour une correction, un oral, jusque vers le 12 », explique Mireille, professeur d’anglais au collège. Et « vers le 15 août, on commence à réfléchir aux programmations annuelles, préparations de cours, recherches de documents… »

Des vacances studieuses donc pour la plupart des enseignants, qui ont pourtant besoin de détente. Car comme l’affirme Mireille, « c’est surtout pour nos nerfs et pour les enfants qu’il faut tant de vacances ! »