Les profs ont-ils trop de vacances ?

Officiellement, les vacances débutent le 5 juillet pour la majorité des enseignants, bien que certains restent mobilisés par le bac et les examens de fin d’année. Deux mois de farniente ? Un refrain qui hérisse bon nombre de profs. Pour -presque- tout savoir sur les congés d’été des profs, suivez le guide !

Parasol

Jonathan Benson/Flickr

La plupart des enseignants quitteront leurs élèves d’ici à la fin de la semaine, entre joie, nostalgie et parfois un peu d’appréhension en songeant à la rentrée. Céline (1), jeune institutrice attachée à son métier, le dit tout net : « On a besoin d’une pause, de se déconnecter de l’école. Personnellement je n’emmènerai aucun livre, je me détends ! » Selon Mireille, professeur d’anglais au collège, autant les « petites » vacances sont studieuses, autant l’été c’est repos. Mais, précise-t-elle, cela varie selon les disciplines, les livres à lire, les nouveaux manuels à découvrir et tous les docs, logiciels ou sites mis de côté pendant l’année. Mireille veut nuancer la durée des congés d’été : « les vraies vacances commencent autour du 14 juillet. Car les enseignants du secondaire sont supposés être de réserve, c’est-à-dire prêts à remplacer pour une correction, un oral, jusque vers le 12. » Rares sont donc ceux qui osent réserver leurs vacances avant cette date… « Vers le 15 août, on commence à réfléchir aux programmations annuelles, préparations de cours, recherches de documents », souligne Mireille, « enfin pour ceux qui ont la chance de savoir où ils seront à la rentrée et quelles classes ils auront… Certains le découvrent à la prérentrée ou juste avant et même juste après ! »

Une période studieuse pour les chercheurs

Professeur d’italien à l’université, Claude explique que les vacances commencent rarement avant la mi-juillet dans le supérieur : « La caractéristique de lʼenseignant du supérieur est dʼêtre un enseignant-chercheur. Avec la multiplication des charges dans le domaine de la pédagogie, de la gestion ou de lʼadministration, la période dite ‘des vacances’ est le seul moment où un chercheur peut sʼengager dans une recherche en continu et passer plusieurs jours de suite dans une bibliothèque ou dans des fonds ou des archives, en France ou à lʼétranger. Cʼest la seule période où il peut regrouper ses relevés, les mettre en ordre et commencer à rédiger ses travaux à publier sans être interrompu. » Par ailleurs, les doctorants profitent des vacances pour demander des entretiens à leur directeur de recherche ou envoyer des pages pour avoir lʼavis de celui-ci. Claude précise aussi que la rentrée des profs n’est pas plus tardive que dans le secondaire : « depuis plusieurs années, on reprend début septembre à cause des réunions, des divers conseils et commissions auxquels participent, peu ou prou, tous les enseignants chercheurs. » Au total, les profs du supérieur disposent de quatre semaines de vacances pendant l’année et d’environ deux mois l’été. Mais, par exemple, un enseignant-chercheur qui a beaucoup de responsabilités ne quitte lʼuniversité que le 31 juillet au soir et revient à la fin août, assure Claude. « Pour ce qui est de la préparation des enseignements, cela dépend du type de cours, du niveau et, surtout, du sérieux professionnel des individus. Un enseignant un tant soit peu consciencieux qui a un cours dʼagrégation à faire, ses vacances dʼété y passent ».

« L’un des avantages du métier »

Mireille, enseignante au collège, résume : « on a plus de vacances mais on a le ‘privilège’ de toujours être en vacances quand transports et hébergements sont les plus chers. Donc beaucoup ne partent pas davantage que les autres Français… » Pour Céline, les vacances sont « l’un des avantages du métier ! Et c’est surtout pour nos nerfs et pour les enfants qu’il faut tant de vacances ».

Où partent les enseignants ? Mireille répond du tac au tac : « Les enseignants ne se marient pas forcément entre eux ! Ils ont les vacances de tout le monde. » Néanmoins, selon Claude, un enseignant-chercheur aura tendance à opter pour un coin tranquille « où il peut aller se détendre un peu, éventuellement avec sa famille mais où il pourra aussi travailler paisiblement, cʼest-à-dire lire, prendre des notes, écrire, faire des recherches. » Pour Céline, ce sera maison de famille près de Royan et une semaine avec des amis en Rhône-Alpes : « comme on a beaucoup de vacances mais pas un grand budget, on privilégie les endroits où l’on a moins de dépenses, comme ça on peut partir longtemps ! » Mireille estime pour sa part que les enseignants sont « plus portés que d’autres sur les visites de musées et de vieilles pierres là où ils se trouvent ». Les enfants d’enseignants en savent quelque chose…

Note(s) :
  • (1) les prénoms ont été modifiés

Partagez l'article

7 commentaires sur "Les profs ont-ils trop de vacances ?"

  1. Gavroche  13 juillet 2012 à 10 h 46 min

    Désolé d’apporter une contradiction qui va faire bondir. Non seulement le décret de 1950 est une « légende urbaine ».. mais je prétends qu’en tant que fonctionnaire, les enseignants ont une obligation de travailler 1600 heures par an. (Loi Aubry). Et même 1607 h depuis la journée de solidarité. La question est la répartition entre temps devant les élèves, temps de service (réunion – concertation – rdv avec parents etc.) et préparation. Hormis la bizarrerie de la rémunération pour corriger des évaluations – ou comment être payé deux fois – il n’y a pas de statut dérogatoire, la règle est celle du service fait !Signaler un abus

    Répondre
  2. proff  4 septembre 2012 à 1 h 49 min

    Le décret de 1950 n’est pas une légende urbaine. Il décrit simplement le temps de travail et la rémunération des cadres de la fonction publique. Alors le terme de professeur n’apparaît pas en clair puisqu’il est englobé dans le terme « cadre ».
    Il est précisé que la rémunération est décrite dans cette grille. Pour les profs, le salaire a été multiplié par 10 (10 mois) et divisé par 12 pour une meilleure gestion. Donc dans l’absolu, les vacances ne sont pas payées, puisque pas prises en compte dans le calcul. De plus, en 1950, le calcul du temps de travail a été fait sur la base de 45h au lieu de 42h pour les autres salariés (cette différence est faite pour rattraper les petites vacances). Depuis, le calcul n’a pas été revu pour les profs, mais par contre les salariés sont passés de 42h à 35h, soit presque 20% de temps en moins.
    Je pense que cela éclairera certains esprits chagrins.Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.