La CPU veut identifier les filières « à faibles effectifs d’enseignants-chercheurs », menacées de fermeture

La CPU s'inquiète de l'avenir des filières à faibles effectifs d'enseignants-chercheurs, menacées de disparition, et a annoncé la lancement d'une grande réflexion sur la question.

La Conférence des présidents d’universités (CPU), inquiète de l’avenir des filières à faibles effectifs d’enseignants-chercheurs, souhaite « dresser un état des lieux pour savoir quelles sont les disciplines concernées ». En effet, « dans un contexte national de tensions budgétaires et d’autonomie des universités, il peut être tentant de faire disparaître » ces disciplines, déclare Vincent Berger, vice-président de la commission des moyens et des personnels de la CPU, soulignant qu' »une telle situation serait dramatique pour le service public ».

Une grande réflexion sur la question devra donc être menée par la commission des moyens, la commission recherche et la commission formation de la CPU avec la direction des ressources humaines du ministère de l’Enseignement supérieur, annonce-t-il. Elle s’intéressera notamment au « nombre d’enseignants-chercheurs rattachés à une section », au « nombre d’universités où la discipline en question est enseignée » ou encore à « l’histoire des disciplines », afin d’identifier les filières potentiellement menacées.

Un groupe de travail de la commission permanente du Conseil national des universités, mené par Gilles Denis, avait déjà alerté la CPU sur la situation « alarmante » des langues concernant les effectifs d’enseignants-chercheurs.

Source(s) :
  • AEF

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.